Publicité

16 décembre 2021 - 12:03 | Mis à jour : 16:49

Cindy Ouellet ne sera pas des prochains Jeux paralympiques d’hiver

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

L’athlète paralympique Cindy Ouellet ne participera pas aux prochains Jeux paralympiques d’hiver prévus à Beijing en mars 2022. Elle a fait son choix au cours des dernières semaines, quelques mois à peine après avoir été des Jeux de Tokyo, préférant prioriser sa santé mentale et les projets à venir.

La Louperivoise a confié avoir pris cette «grosse décision» personnelle à la suite des essais paralympiques tenus récemment à Calgary pour la discipline du ski paranordique. Elle y a fait ses temps – et nul doute qu’elle aurait fait partie de l’équipe nationale –, mais elle a tout de même décidé de ne pas être du voyage au printemps prochain. 

«Personnellement, je voulais réussir à faire mes temps et ensuite prendre ma décision. Je voulais que ça vienne de moi et non pas d'une coupure par exemple», a-t-elle partagé en marge d’une conférence qu’elle a offerte à un groupe d’élèves de l’École secondaire de Rivière-du-Loup, le 16 décembre.

Il y a à peine quelques mois, Cindy Ouellet était la capitaine de l’équipe canadienne de basketball en fauteuil roulant qui a terminé en 5e position aux Jeux paralympiques de Tokyo. Elle ne cache pas que le peu de temps entre les deux événements – pour l’entrainement, notamment – a été au cœur de sa réflexion. 

«C’était trop rapide. En passant du basketball au ski, je n’avais que deux mois d’entrainement», a-t-elle expliqué. «Mentalement, je n’étais pas encore là non plus. J’ai de beaux projets avec l’organisme Sport’Aide, les Jeux du Québec et différentes conférences qui arrivent. Je trouvais que c’était plus important pour moi de faire ces projets-là que de me concentrer sur les Jeux et de me mettre la batterie à terre en m’entrainant pendant 60 jours sans arrêt.»

L’athlète de 33 ans, qui a parlé ouvertement de la dépression qu’elle a vécue en 2020, a simplement décidé de «choisir [sa] tête au lieu de [ses] bras», de mettre à l’avant son bien-être personnel. Elle souligne être sereine avec cette décision. 

À Tokyo, Cindy Ouellet en était à ses quatrièmes Jeux paralympiques d’été, elle qui a également compétitionné en ski nordique aux Jeux paralympiques d’hiver en 2018. La Louperivoise est d’ailleurs la première athlète québécoise à avoir participé aux Jeux paralympiques d’hiver et d’été. Elle vise aussi toujours une présence à Paris en 2024. 
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article