Publicité

29 avril 2021 - 06:59

Rugby : Justine Pelletier confirme son retour en France la saison prochaine

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

La saison de rugby en France tire à sa fin pour la joueuse louperivoise Justine Pelletier. Son équipe, les Lionnes du Stade Bordelais, disputera le 4e match des séries éliminatoires contre le Stade Toulousain ce 2 mai. Déjà, Justine Pelletier confirme qu’elle sera de retour avec les Lionnes, une équipe élite de première division, la saison prochaine.

«La culture autour du rugby est différente en France et le calibre aussi. La ligue est plutôt hétérogène, alors il y a beaucoup de filles de l’international. Avec les Lionnes, j’ai découvert une équipe formidable, très accueillante et j’ai tissé des liens sociaux rapidement. C’est essentiel sur le terrain de développer des affinités», explique Justine Pelletier. Elle joue donc aux côtés de joueuses de calibre international comme Pauline Bourdon, demi de mêlée pour l’équipe de France, par exemple.

L’athlète louperivoise croit que sa saison à l’étranger lui a apporté énormément, puisqu’elle vit à un rythme qui ressemble à celui des athlètes professionnelles, avec un à deux entrainements par jour. «J’ai vraiment un environnement pour me développer et améliorer mes performances. Ça va m’apporter plus tard», ajoute l’athlète. Les engagements offerts par son club lui permettent de vivre de son sport sans avoir à occuper un autre emploi à temps plein.

Elle vise une participation à la Coupe du monde de rugby féminin en 2022 en Nouvelle-Zélande avec l’équipe nationale du Canada. Justine Pelletier bénéficie d’encore un an pour se perfectionner et atteindre cet objectif. La Louperivoise profitera de la pause estivale pour revenir au Québec auprès de sa famille. Elle continuera de s’entrainer au PEPS de l’Université Laval et prendra quelques contrats de préparation physique. En plus de s’entrainer avec les Lionnes du Stade Bordelais, Justine Pelletier a terminé un microprogramme d’optimisation de la performance sportive dans le but d’entrainer des athlètes de haut niveau. Elle a aussi en poche un baccalauréat en kinésiologie de l’Université Laval.

Publicité


Publicité

Commentez cet article