Publicité
25 janvier 2019 - 06:57

Maintenant le Club Explorateurs du Mont-Bleu

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Toutes les réactions 1

Il faisait très froid à l’extérieur le samedi 19 janvier dernier, c’était cependant une journée particulière pour les membres des clubs de motoneigistes Les Explorateurs de Pohénégamook et Mont-Bleu de Saint-Alexandre. C’est maintenant le Club Explorateurs du Mont-Bleu à la suite du regroupement des deux organismes.

Le nouveau club compte 185 membres, entretient 160 kilomètres de sentiers, opère un chalet d’accueil pour les motoneigistes près de la route 289, possède trois surfaceuses et deux garages. Notons que l’ancien chalet d’accueil du Club Mont-Bleu, fermé depuis deux ans, a été converti en garage.

«Le Club Les Explorateurs avait 51 ans d’existence, son chalet a été construit sur le site d’une ancienne chapelle. Il est central, entre les villages de Pohénégamook et Saint-Alexandre, et au bout du sentier Monk (ancienne voie ferrée), soit l’autoroute est-ouest de la motoneige», a expliqué Frédéric Morin, président. Il s’agit donc d’un relais important de la TransQuébec 35 et des sentiers 526 et 561. «Tout le monde arrête ici», a souligné M. Morin.

Simon Lavoie est vice-président du nouveau club. Il a indiqué que le Club Mont-Bleu avait été créé en 1967. «Il comptait alors 14 membres. Cette saison, on dénombre 95 motoneigistes», a expliqué M. Lavoie.

Lors du dévoilement du logo du Club Explorateurs du Mont-Bleu, on notait la présence des mairesses Anita Ouellet Castonguay de Saint-Alexandre-de-Kamouraska et Louise Labonté de Pohénégamook.

DES AVANTAGES

«L’objectif premier est un échange de services, nos deux clubs se complétaient très bien. Depuis quelques années, nous avions aussi de la difficulté à recruter de la main-d’œuvre», a noté Simon Lavoie pour expliquer ce regroupement.

Denis Langevin, deuxième vice-président de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec et administrateur pour le Bas-Saint-Laurent, a pour sa part indiqué que ce regroupement facilite l’obtention d’aides financières. «Avec plus de membres, le club atteint un niveau qui lui permet d’aller chercher de l’argent. De plus, ça prend deux fois moins de bénévoles pour gérer, cela en libère pour faire d’autres choses», a souligné M. Langevin.

Le président du Club Explorateurs du Mont-Bleu a remercié tous les bénévoles des deux anciennes organisations qui ont travaillé fort pour maintenir le sport de la motoneige en bonne santé. «C’est grâce à eux si on peut continuer aujourd’hui», a-t-il mentionné. Frédéric Morin a également souligné la collaboration des propriétaires fonciers qui consentent des droits de passage essentiels à la poursuite des activités.

EN CROISSANCE

Selon le vice-président de la Fédération, le sport de la motoneige se porte bien au Québec avec plus de 100 000 membres alors que l’on en comptait 93 000 il y a deux ans. «C’est le plus haut taux depuis que la motoneige existe», a précisé Denis Langevin. Le Bas-Saint-Laurent compte plus de 4000 membres et 1800 kilomètres de sentiers.

Les retombées économiques directes au Québec sont estimées à trois milliards de dollars. «Il y a beaucoup de touristes en motoneige», a noté M. Langevin. «Pour les petites communautés, cela représente des revenus très intéressants. Les motoneigistes s’arrêtent pour prendre de l’essence, pour manger, pour coucher. Dans certaines localités, c’est vital», a-t-il ajouté.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Bravo enfin de la vision qui fait avancé des localités une région on laisse les esprit de cloché de coté on regarde en avant, a j'espère que les clubs de Riv-du-Loup de Cacouna et St-Antonin vont prendre exemple avant de se faire damé le pion, et les laisser passer les aides financières

    motoneigiste - 2019-01-25 19:56