Publicité

13 mars 2020 - 09:04 | Mis à jour : 4 juin 2020 - 14:30

Une œuvre d’art à ne jamais déconstruire

Maintenant octogénaire, je ne suis pas sans penser à mon enfance dans la paroisse Saint-François-Xavier de Rivière-du-Loup. Ma croissance s’est faite au sein d’une famille croyante et donc, j’ai fréquenté le temple religieux de ma paroisse et je m’y sentais tellement bien. À l’époque où il était possible de garder déverrouillées les portes de cette église, je me retrouvais souvent seul dans ce grand espace calme et inspirant. J’admirais, je priais, je pensais.

Cet immense monument a commencé à exister en 1905. Avec les années, sa superbe structure devenait de plus en plus solide grâce à un certain curé F.X. Thibaudeau, le fondateur. Les curés successeurs surveillaient cette église de très près. En l’an 2020, on cultive encore la volonté de détruire cet œuvre. L’histoire ne se crée pas avec des déconstructions, des abolitions. Comme partout au Québec, on y voit une capitulation alors qu’il y aurait certainement une sortie qui pourrait conduire à une procédure de conservation. Ce modèle d’architecture est tellement important dans notre province.

Souvent, nous étions fiers de parler de la ville aux cents clochers. Montréal a fait disparaitre environ le tiers de ses églises. Dans la ville de Québec, plusieurs lieux de culte sont disparus. Une civilisation ne se fortifie pas par la destruction du passé tout comme l’histoire ne s’érige pas dans l’abolition, je le répète.

Dans le groupe qui travaille pour faire disparaitre l’église précitée, on trouve sûrement des individus qui ont visité l’Europe, et sinon il faudrait visiter au moins la France et l’Angleterre. Les chefs-d’œuvre antiques en architecture sont innombrables malgré le fait qu’ils soient passés à travers de nombreux siècles. Chez nous, la richesse patrimoniale n’existera plus si, en bon Québécois, ces grandes valeurs sont ignorées et même disparues. Faudrait-il croire que le sens de la conservation ne semble pas présent dans nos gênes?

Notre nouveau monde n’a que quelques siècles à son actif. Le jeune patrimoine que nous possédons est à conserver. Certains citoyens se souviennent sûrement du piteux état dans lequel se trouvait le Manoir Fraser sur la rue du même nom. Avec du travail et de la volonté, certains vaillants en ont fait un beau petit château.

 

Marcel Landry, rue Des Jonquilles

Publicité


Publicité