Publicité
27 mars 2019 - 11:00 | Mis à jour : 11:19

Un bâtisseur de Cabano nous a quitté

Le dimanche 10 mars dernier fut marqué à jamais par le décès de monsieur Guy Hudon, ex-président de la Société historique de Cabano.

Déjà enseignant à Rivière-du-Loup et ayant travaillé à la mise en valeur de l’ancien Sentier du Grand-Portage, il accepte en 1970 un poste à l’École secondaire de Cabano. Dès son arrivée, il devient membre de la Société historique qui travaille depuis 1967 au projet de reconstruire le Fort Ingall. Il en devient rapidement le président et il marquera pour toujours les destinées de la société.

Nous pouvons accoler le titre de bâtisseur à Guy Hudon, non pas parce qu‘il a tout fait tout seul, mais parce qu’il a su mener de mains de maître les discussions avec les instances gouvernementales pour la concrétisation du projet Fort Ingall. Ce ne fut pas une tâche facile que de concilier les idées des historiens, des archéologues et des architectes pour finalement en venir à reconstruire la seule forteresse en bois de l’Est du Québec. Les discussions furent parfois houleuses autant en personne qu’au téléphone.

Les historiens ne voulaient pas d’électricité dans les bâtisses, il y en a eu d’installer. Pas de lumières au plafond des dortoirs, il y en a grâce à l’installation d’éclairage indirect. Des fenêtres en haut des dortoirs, il n’y en a pas. Absence de goudron à la base des poteaux maîtres, il y en a. Ce ne sont ici que quelques exemples. Comme président, il tenait à ce que les structures érigées soient utilisables à l’année et qu’elles restent en place pour longtemps.

Guy avait plusieurs tours dans son sac. Entre autres, lorsqu’il y avait un échange téléphonique avec un représentant du Ministère, il plaçait une personne sur un autre appareil pour écouter la conversation. Il avait donc un témoin de ce qui avait été entendu et pouvait ainsi utiliser son témoin si son interlocuteur changeait sa version.

Bien qu’il ait eu son style bien à lui de mener les négociations avec le Ministère, il n’en demeure pas moins que Guy était un gars d’agréable compagnie, toujours prêt à rendre service à tout autre projet comme ce fut le cas pour la mise sur pied du Club de Yatch de Cabano en 1972 et la renaissance du Corps de Cadets 1027 Paul Triquet en 1980.

Merci Guy pour ton implication indéfectible dans ta communauté d’adoption.

Bonne marche dans ce sentier éternel, retrouve la paix du Fort et vogue indéfiniment sur un lac imaginaire à bord de ton bateau, L’Hudon.

 

Ghislain Nadeau, ex-président de la Société historique de Cabano.

Publicité