Publicité

24 décembre 2020 - 08:30

Souvenirs de Noël

Info Dimanche

Par Info Dimanche, [email protected]

Info Dimanche a invité ses lecteurs à raconter l'un de leurs Noëls. Nous publions ici l'un des textes reçus.

Par Cécile Bergeron

Il y aura 60 ans à Noël, j'accouchais d'une jolie petite fille dans la nuit, entre la messe de minuit et la messe de l'aurore, soit vers 1 h 15 minutes de la nuit. Dans ce temps-là, on faisait baptiser le même jour donc la religieuse qui s'occupait des bébés de la pouponnière m'a demandé : comment allez-vous l'appeler votre petite ? Je lui réponds «Marie-Françoise» qui était le prénom de sa marraine. Elle dit : pourquoi vous ne l'appelleriez-vous pas «Marie-Noëlle» ? Je lui ai répondu que mon mari allait venir la chercher cet après-midi pour la faire baptiser et que j'allais lui en parler. On en a parlé et : on l'appelle Marie-Noëlle.

Depuis ce temps, elle fait sa vie comme les autres. Elle est allée à l'école, s'est mariée, a eu deux garçons et est maintenant mamie de quatre petits-enfants. Elle est toujours avec son époux et elle travaille au CLSC de Saint-Jean-Port-Joli, aux archives, depuis plusieurs années. Elle est la 5e de 9 enfants.

***

Une autre chose que j'ai vécue, plus triste, arrivée un 24 décembre, veille de Noël. Nous allions à la basse messe de 7 h du matin parce que nous n'avions pas de banc...

Papa, 70 ans et mon frère Gérard âgé de 8 ans sont partis plus de bonne heure et ont commencé à faire leur chemin de croix. Quand papa fut rendu à la 3e station, il a manqué tomber et il s'est retenu après le banc... mais il est tombé quand même. M. le curé qui était au confessionnal en est sorti pour aller trouver papa et on l'a aidé pour le transporter à la sacristie.

Ensuite, maman et moi sommes arrivées à l'église et M. le curé est venu dire à maman, qui faisait son chemin de croix avec moi, que papa était tombé et avait été transporté à la sacristie... Maman a demandé au curé : il n'est pas mort toujours ?

La réponse fut oui.

Il fut par la suite transporté à la maison avec un cheval et un traineau. Il fut exposé 3 jours dans notre camp en bois rond, puis on lui a chanté un service à notre église de Val-Alain et ensuite il fut placé sur le train pour Saint-Apollinaire où il est enterré.

J'avais 12 ans... c'était en 1939.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article