Publicité

16 décembre 2020 - 15:36

Poursuites au parc

Par Sarah Beauregard et Johannie Dufour

Il était une fois un concours de bonshommes de neige qui se déroulait en décembre au parc du village de Mont-Noël. Cette compétition amicale était le rendez-vous incontournable des habitants de la région, et ce, depuis des générations. Ce jour-là, la neige était d’une consistance parfaite; bien collante, elle se modelait comme un charme.

Jérôme Messier était un père aimant qui élevait seul ses deux enfants : Samuel, un ado intello, et Alice, une fillette intrépide. La famille Messier souhaitait vivement gagner un prix en façonnant un bonhomme classique avec quelques touches d’originalité. Tandis que la sculpture prenait peu à peu des allures de roi des neiges, Alice remarqua que la grosse carotte qui devait faire office de nez n’était plus à sa place. Regardant partout autour d’elle, elle vit soudain un écureuil qui s’enfuyait avec le précieux légume orangé.

— Reviens ici tout de suite, méchant écureuil!, hurla Alice, furieuse qu’on ait dérobé cet élément essentiel à leur victoire potentielle. C’est NOTRE carotte!

Sans grande surprise, le rongeur chipeur continua sa course, trimballant tant bien que mal son encombrant butin. Spontanément, la fillette entreprit de le rattraper coûte que coûte et se mit à galoper à toute vitesse.

— Alice!, cria Jérôme. Laisse tomber, il est déjà loin!

Aveuglée par son désir de récupérer la carotte, elle fit la sourde oreille. Habitué au caractère impétueux de son enfant, Jérôme se lança à son tour à sa poursuite, en confiant à Samuel le soin de surveiller leur matériel. Or, Alice était étonnamment rapide et ha­bile pour ses 7 ans. En traversant le terrain de soccer, en grimpant et en dévalant la butte à glisser, puis en slalomant entre les modules de jeux, elle parvint à atteindre le lieu de destination de l’écureuil : un tronc d’arbre percé.

À genoux, Alice regarda dans l’orifice et découvrit l’animal apeuré, qui serrait le légume entre ses pattes. Derrière lui, on devinait la présence de ses petits, tout aussi effrayés que lui. La fillette entendit alors siffler une mélodie familière : c’était Octave, le sage cardinal magique qui veillait sur Mont-Noël.

— Octave, cet écureuil a volé notre carotte et on en a besoin pour le concours de bonshommes de neige!, se plaignit-elle.

— Oh, je vois, dit Octave. Mais manifestement, il n’avait pas l’intention de vous faire du tort; il désirait seulement nourrir sa famille.

— Comme Papa quand il va à l’épicerie… sauf que les écureuils n’ont pas d’argent, eux.

— Au fond de ton cœur, tu sais ce que tu peux faire. Au revoir!

Alice regarda à nouveau dans le trou et vit que l’écureuil lui tendait la carotte d’un air piteux. Saisissant cette dernière, elle la cassa en deux, puis en donna la moitié à la famille de rongeurs, qui poussa de petits cris de joie. Se retournant, Alice aperçut son père qui arrivait, tout essoufflé, et elle fonça vers lui pour sauter dans ses bras, ce qui le fit tomber à la renverse!

— Vite, Papa, allons retrouver Samuel pour finir no­tre chef-d’œuvre!, ordonna la fillette, fière de sa bonne action.

Le bonhomme de neige de la famille Messier remporta le prix « Coup de cœur du jury ». Tous trois célébrèrent cette réussite au restaurant Aux joyeux délices, où ils commandèrent leur dessert favori : du gâteau aux carottes!

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article