Publicité
17 décembre 2019 - 08:31 | Mis à jour : 16:36

Quoi offrir à un amateur de plein air pour Noël?

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin

Ah, cet amateur de plein air, comme si le grand air ne se résumait qu’à une seule activité ! Bushcraft, randonnée, alpinisme, kayak, camping et j’en passe. Que lui offrir donc à cet homo quebecus pleinairus* pour Noël ? Je vous propose ici quelques suggestions qui touchent le plus d’activités possible.

Une bouteille d’eau munie d’un système de filtration allègera considérablement son sac à dos tout en lui assurant une bonne hydratation en toutes circonstances. Une «paille filtrante» de type Lifestraw est aussi un incontournable. Un «spork», une contraction des mots spoon et fork que l’on pourrait traduire par «cuillère-fourchette» se place très bien dans un bas de laine. En titanium ou en nylon, pliables ou empilables, elles sauront faire plaisir à petit prix.

Grand classique indémodable, le célèbre couteau Opinel qui se vend généralement sous les 20 $. Manche en bois ou en nylon, vibroloc pour éviter que la lame ne se replie intempestivement, il en existe plusieurs modèles dont certains sont dédiés aux jardiniers ou encore aux cueilleurs de champignons.

Un outils multifonction de poche, c’est-à-dire, qu’il peut s’accrocher à votre porte-clés comme à la fermeture éclaire de votre manteau ou blouson est aussi une idée de choix. Certains modèles présentent même des outils spécifiques à certaines activités comme le ski, le vélo et l’alpinisme.

Pour lui éviter de se perdre dans les bois, misez sur une boussole, mais oubliez celle des magasins à 1 $. Privilégiez des marques comme Brunton, Silva et Suunto. Une fois la boussole en main (entre 30 et 80 $) encore faut-il savoir s’en servir. Un livre d’orientation pour apprendre à l’utiliser est un impératif à la boussole. Attention, les cartes topographiques se font rares et vous devrez les faire imprimer.

Des bas en laine de mérinos. La laine de mérinos est élastique et résistante, elle est aussi trois fois plus fine que la laine traditionnelle, mieux encore, elle ne pique pas. Surtout, la laine de mérinos a des propriétés antimicrobiennes naturelles qui font qu’elle ne prend pas d’odeur, même lorsqu’il y a une forte sudation.

Si vous souhaitez rehausser son expérience, optez pour une cafetière compacte d’une, deux ou quatre tasses ou d’une petite machine à expresso. Un petit moulin à café est aussi un must pour les caféinomanes amateurs de grand air. Une bouilloire ? Il en existe un modèle compressible chez Sea to Summit.

Quant aux cadeaux technos, une lampe frontale n’est jamais de trop. Un chargeur sans fil — alimenté à l’énergie solaire, idéalement — est un luxe non négligeable aussi pour que son appareil photo ou son cellulaire soient toujours prêts à immortaliser les paysages les plus grandioses.

Et des livres. Il y a bien les livres de référence, mais pourquoi pas un roman ? Je pense toute de suite à Into the wild de Jon Krakauer ! Un incontournable. Sinon, un roman de Jack London.

L’Appel de la forêt un de ses chefs d’œuvre qui fera l’objet d’un film avec Harrisson Ford est l’un de mes préférés. Sinon il y a aussi Rêves de trappeur, à la fois un roman et une biographie. Ce  livre, écrit à quatre mains, raconte le quotidien de Kathryn et du québécois Roch Boivin depuis 1978 au Yukon. Le livre se dévore au fil des anecdotes et se lit d’une traite.

À défaut de roman, des guides comme celui de Billy Rioux Brushcraft la survie relax, ou encore le Suviethon, 25 ans plus tard d’André-François Bourbeau sont des incontournables pour amateurs de bushcraft et de séjours en forêt.

Et la fameuse carte cadeau… Pourquoi pas ! Un chèque cadeau pour un parc de la Sépaq ou de Parcs Canada est toujours gagnant.

* Le crédit pour l’homo quebecus pleinairus revient à MEC.ca

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article