Publicité
11 décembre 2019 - 15:26

Mistral et la couverture magique

Par Johannie Dufour et Sarah Beauregard

En arrivant à la garderie animalière du pôle Nord, Mistral le pingouin est tout excité. Il a à peine salué son éducatrice, le renne Rudolpha, qu’il court rejoindre ses amis, son sac toujours sur le dos.

— J’ai trouvé la couverture magique!, s’exclame-t-il joyeusement en sautillant sur place.

— La couverture magique?, répète Flocon l’ours polaire, perplexe.

— Celle de la légende?, demande Rudolpha.

— Tu connais la légende des pingouins?, l’interroge Mistral, stupéfait.

— Quelle légende?, s’impatiente Tempête la renarde.

Tandis que les enfants s’installent en cercle autour d’elle, Rudolpha raconte :

« Il y a très longtemps, le pingouin Féérique créa une couverture magique pour son épouse, qui était gravement malade. Cette couverture spéciale détenait le pouvoir de garder le corps à la température idéale, peu im­porte la météo. Une fois sa femme rétablie, le pingouin Féérique cacha la couverture quelque part au pôle Nord, parce que tous la réclamaient et que des conflits éclataient dans le village. On ne la revit plus jamais. »

— Mais je l’ai trouvée!, déclare Mistral. Et je vais l’offrir à mon grand-papa Noroît à Noël : il est fatigué et il n’arrive plus à battre des ailes ou à marcher sur place assez vite pour se réchauffer quand il fait très froid. Alors, on ne peut plus aller pêcher ensemble, même si je lui prête ma tuque la plus chaude.

— Où était-elle?, demande Frimas le harfang des neiges.

— Dans la crique aux Banquises?, essaie Tempête la renarde.

— Non, répond Mistral.

— Dans la plaine des Forts Vents?, propose Blanche.

— Non plus.

— Sur la plage Abyssale?, tente Frimas.

Mistral secoue la tête.

— Je suis allé à la source aux Mille Cascades avec mon grand cousin Pampéro et on a fouillé pendant des heures : on a soulevé toutes les grosses roches, exploré le bassin de chaque cascade…

— Des mille cascades?!, l’interrompt Flocon, incrédule.

— Tu sais, explique Rudolpha, il n’y a pas vraiment mille cascades, la source porte ce nom simplement parce qu’il y a beaucoup de petites chutes.

— En tout cas, ça nous a pris une é-ter-ni-té!, poursuit Mistral. Finalement, derrière la plus haute cascade, on a découvert une grotte. La couverture était là, dans un coffre, conclut-il, en sortant son trésor de son sac.

— Oh, elle brille!, s’exclament ses amis.

— Ton grand-papa recevra un très beau cadeau, Mistral, tu peux être fier de toi, dit Rudolpha.

Le petit pingouin sourit en imaginant le bonheur de son grand-père devant son cadeau… et leur prochaine partie de pêche dans la crique aux Banquises!

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article