Publicité
8 décembre 2019 - 08:54

L’avion du Père Noël (1ère partie)

Info Dimanche

Par Info Dimanche, [email protected]

En collaboration avec Société d’histoire et de généalogie de Rivière-du-Loup, Info Dimanche vous présente le conte L’avion du Père Noël, d'Ariane.

Ariane est le pseudonyme de madame Jeanne-Marthe Pelletier (1909 - 1972), fille de monsieur Arthur-L(ouis) Pelletier (1878-1933) et madame Adèle Chamberland (1872-1937). C’est à son père qu’appartenait la Ferronnerie Arthur-L. Pelletier, au coin des rues Lafontaine et Dollard. Le 10 décembre 1938, à Rimouski, elle épouse monsieur Gleason Belzile (1898-1950), notaire, député de Rimouski à la Chambre des Communes et adjoint au ministre des Finances sous le gouvernement de Louis Saint-Laurent (1945-1950); il décède en fonction. Le couple aura neuf enfants, dont trois fils. En secondes noces, madame Pelletier épousera monsieur William Ayres, ressortissant d’origine belge. Madame Pelletier a beaucoup contribué à l’implantation de la bibliothèque de l’Alliance Française qui conduira à l’établissement de la bibliothèque municipale Françoise-Bédard.

Le conte de Noël ici rapporté est tiré d’un livre publié à compte d’auteur à Rivière-du-Loup, en 1935, sous le pseudonyme d’Ariane, intitulé Contes d’Autrefois… et d’Aujourd’hui.

L’avion du Père Noël

La famille Dupire est groupée autour de la table. Depuis quelques instants, papa observe, en face de lui, son fils Gérard, blond enfant de six ans qui avale d’un air apparemment distrait le bol de potage fumeux déposé devant lui.

─ Gérard, à quoi penses-tu? Demande M. Dupire. Tu parais sérieux : je t’ai vu, il y a un instant, tenir ta cuiller en l’air et tourner vers la fenêtre un regard anxieux… quelles graves pensées trottent dans ta jeune cervelle?

─ Papa, répond le bambin avec un brin d’hésitation… c’est après-demain Noël, n’est-ce pas?

─ Oui, mon garçon. C’est donc là la cause de tes distractions. Est-ce parce que je t’ai dit que le père Noël était plus pauvre que de coutume, cette année, que tu prends cet air inquiet? Tu avais sans doute beaucoup de choses à lui demander?

─ … Eu… oui! … non! … papa dit Gérard que l’éclat de rire moqueur de son père met soudain à la gêne.

─ C’est-à-dire, se décide-t-il à expliquer bravement… je ne voudrais pas demander de jouets au père Noël; mais vous savez que mon oncle Zim ne veut jamais m’emmener avec lui dans son aéroplane, parce que, dit-il je suis trop petit et il croit que j’aurais peur. Alors…je demanderais au père Noël de faire une envolée avec lui car c’est vrai, papa, qu’il a un avion le père Noël! Il a dit hier à la radio qu’il venait du pôle nord en aéro.

    Dites, papa, il ne me refuserait pas ça si vous le lui demandiez pour moi et surtout si vous lui disiez que Gérard n’aura pas peur?

Un désir ardent se lit sur le visage mobile du petit garçon qui lève sure son père un bon regard confiant.

M. Dupire se lève de table et, de la fenêtre, scrute l’horizon.

La neige, qui tombe pressée en gros flocons semblables à des étoiles d’argent, forme un épais rideau qui dérobe à la vue le cours méandrique de la rivière.

─ Hum!... Gérard, je veux bien croire que le père Noël accorde aux enfants sages tout ce qu’ils lui     demandent, mais encore faut-il qu’ils n’exigent pas l’impossible!...

    Tu sais qu’en hiver les avions sont munis de patins et peuvent ainsi glisser sur la surface gelée de la rivière lorsque celle-ci est bien lisse et que la glace est solide. Or, aujourd’hui, il fait plus doux, il neige depuis vingt-quatre heures; voilà autant d’obstacles qui s’opposent à la réalisation de tes désirs, même si le père Noël était disposé à satisfaire tes exigences.

    Je crois, mon garçon, que tu fais mieux d’y renoncer. L’été prochain, ton oncle t’emmènera en avion et ce sera plus beau qu’en cette saison, car il fait froid, tu sais, dans le ciel.

Gérard n’est pas convaincu. On ne convainc pas un enfant qui voit tous les jours passer au-dessus de sa tête de grands oiseaux au vol sûr qui s’accompagne d’un bruit ronflant. Il sait bien que rien ne les arrête, pas même le vent, la pluie, le froid ou la neige et il pense que si le père Noël voulait, son désir deviendrait bientôt une merveilleuse réalité.

Suite de la chronique le lundi 9 décembre

Une collaboration de la
Société d’histoire et de généalogie de Rivière-du-Loup
67, rue du Rocher, Rivière-du-Loup (QC)  G5R 1J8
Facebook et http://www.shgrdl.org/

Publicité


Publicité

Commentez cet article