Publicité
25 décembre 2018 - 14:56 | Mis à jour : 17:50

Cinq suggestions musicales à offrir en cadeau

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Juste à temps pour Noël, pourquoi ne pas faire le plein de découvertes musicales, et qui sait, en offrir en cadeau pour les Fêtes. Je vous suggère quelques-uns de mes coups de cœur de groupes de musique d’ici qui se démarquent par leurs créations en 2018.

Qu’ils chantent en français, en anglais, ou dans un mélange des deux, ils sont tous leur place dans ce petit décompte bien personnel. Le choix et les préférences musicales sont bien souvent ancrées dans les gouts qu’on a développés dès l’enfance. Sans ordre particulier, je vous offre mes suggestions :

  • Les Louanges - «La nuit est une panthère», paru le 21 septembre 2018. On a peu entendu parler de cette sortie musicale, et pourtant les créations de Les Louanges méritent notre attention, bien qu’elles ne cadrent pas dans la musique qualifiée de «radiophonique». Ceux seraient plus souvent qu’autrement branchés sur la Première chaine (c’est mon cas) ont peut-être eu l’occasion d’entendre la pièce «Tercel». À écouter sans retenu dans un sofa pour une soirée relaxe, ou en trame de fond lors d’une soirée entre amis. Les Louanges, c’est le multi-instrumentiste Vincent Roberge, 23 ans, de Lévis, qui crée un mélange de jazz et de hip-hop, tout en déconstruisant les gens musicaux, sans la structure habituelle de couplets et de refrain, et c’est tout à fait rafraichissant, bien qu’un brin dense. Les Louanges a été finaliste aux Francouvertes 2017, et au Festival international de Granby en 2015. Il s’inscrit dans la même veine des nouveaux artistes québécois, tels Hubert Lenoir et Klaus, qui ne laissent rien au hasard dans leurs arrangements musicaux. Je vous laisse ici la chanson «Tercel» : 

 

  • Klaus – album éponyme, paru le 7 septembre 2018. Ce groupe montréalais avait fait l’objet de l’un de mes billets de blogue en septembre dernier. Klaus regroupe Joe Grass (Barr Brothers et Patrick Watson), Samuel Joly (Fred Fortin) et François Lafontaine (Karkwa, Galaxie) sous une même identité. Les chants d’opéra côtoient les synthétiseurs, des percussions rythmées, et, malgré ce mélange éclectique, tout s’aligne et fonctionne bien musicalement. Le samedi 6 avril, Klaus sera à la Forge à Bérubé de Trois-Pistoles, un spectacle présenté par L’œil de la tempête. Avec la chanson «Neon», on a un bon aperçu de ce que ce groupe peut nous offrir :

  • Milk & Bone - «Deception Bay», paru le 2 février 2018. Le duo Milk & Bone est formé des deux musiciennes Laurence Lafond-Beaulne et Camille Poliquin. Elles ont lancé leur premier album «Little Mourning» en mars 2015. Elle ont remporté alors le prix Révélation de la SOCAN 2015 et se sont promenées au Québec, en Europe et aux Etats-Unis, charmant le public avec leur musique. Leur deuxième album «Deception Bay», aborde aussi l’amour et les relations, sous un nouvel angle musical pop électro. C’est une écoute que je recommande aux amateurs de voix aériennes, d’harmonies vocales et d’arrangements musicaux plus minimalistes, sans compromis de qualité.

  • Pascale Picard - «The Beauty We’ve Found», paru le 12 octobre 2018. Mon coup de cœur immanquable à chacune de ses nouvelles sorties : autant j’aime écouter ses albums, autant j’apprécie la voir en spectacle à chaque fois, en raison de son énergie et sa fougue. L’auteure-compositeure-inteprète de Québec Pascale Picard est francophone, mais compose et chante en anglais. Elle est active sur la scène musicale québécoise depuis 2007. Elle s’est fait connaître avec la pièce «Gate 22» sur son tout premier album «Me, Myself & Us», et depuis, elle ne cesse de créer et de se renouveler. C’est le cas avec son 4e album, «The Beauty We’ve Found». La guitare acoustique et le piano, les instruments de prédilection de Pascale Picard font un grand retour sur cet album, soutenus par un quatuor de cordes, qui donne plus de profondeur aux arrangements. Souvent la beauté se retrouve aussi dans la simplicité.

  • Hubert Lenoir - «Darlène», paru le 2 février 2018. Qui d’autre qu’Hubert Lenoir pour terminer ce palmarès créatif musical d’ici. À priori, l’auteur-compositeur-interprète expliquait que l’album avait été composé pour accompagner en musique le livre écrit par sa copine, Noémie D. Leclerc. Il a fait parler de lui avant tout pour ses frasques excentriques en spectacle et à l’ADISQ (où il s’est enfoncé un trophée dans la gorge), mais bien peu ont porté une attention particulière aux chansons de son album, hormis les populaires «Fille de personne II» et «Ton hôtel». «Darlène» est resté dans l’ombre, jusqu’à ce qu’il soit invité à la finale de l’émission La Voix à TVA, à heure de grande écoute. Il a remporté quatre prix à l’ADISQ, dans les catégories Révélation de l’année, Album pop de l’année, Chanson pop de l’année et Choix de la critique. Je vous laisse ici mon coup de cœur personnel, «Cent-treizième rue», une chanson complètement instrumentale qui démontre bien son talent de compositeur et d’arrangeur musical.

Pour un cadeau, je vous suggère également d’opter pour un billet pour un spectacle de musique. Non seulement vous aurez droit à une belle soirée en compagnie d’un artiste que vous allez découvrir, ou encore que vous connaissez déjà, mais en plus vous aurez aussi une expérience à partager et des souvenirs communs à vous remémorer. On ne peut pas se tromper. Bonne écoute, et bons spectacles !

Publicité

Commentez cet article