Publicité

4 avril 2022 - 11:39

Tout savoir sur les écocentres!

Les temps changent… pas que le climat!

Les écocentres sont un maillon important de la stratégie de gestion des matières résiduelles. Nous avons discuté avec Francis Foy, conseiller en aménagement et gestion d’écocentres chez Co-éco.

Comment s’est passée la saison 2021 dans les écocentres de la région?
Francis Foy (FF) : La dernière saison a été très encourageante! Nous avons observé une belle progression de l’achalandage pour les écocentres des MRC de Kamouraska et Rivière-du-Loup. Si on inclut l’écocentre de Récupération des Basques, nous avons reçu 45 000 visites sur la saison 2021, ce qui a permis de détourner pas moins de 4750 tonnes de l’enfouissement. Sur la totalité des matières reçues dans les écocentres, ce sont plus de 90 % qui sont valorisées. Ce n’est pas rien !

Quelle est la mission première d’un écocentre ?
FF : Bien sûr, ce n’est pas simplement de libérer de l’espace dans nos cabanons ! La vraie mission des écocentres est de prolonger la vie utile d’un objet ou d’une matière, en la remettant en circulation pour une nouvelle utilisation. L’intérêt est également de réduire le volume des déchets qui finissent leur vie au lieu d’enfouissement technique (LET).

Comment fonctionne un écocentre ?
FF : Les gens se présentent à l’écocentre sur les heures d’ouverture pour disposer d’objets, de meubles, ou de matériaux dont ils veulent se départir. L’écocentre a la capacité d’accueillir de grandes quantités de matières triées, et de les envoyer à des recycleurs ou partenaires d’affaires qui vont les valoriser. Le service est financé par les MRC, donc gratuit pour les citoyens, excepté pour certaines matières qui ne sont ni recyclables ni valorisables, comme les matelas par exemple. Dans ce cas, une contribution sera alors facturée pour couvrir les frais d’enfouissement.
L’écocentre est aussi une place de réemploi, dans le sens où les gens peuvent aussi acheter à très faible coût les meubles, matériaux, ou objets fonctionnels qui auront été déposés par d’autres. Il y a de belles trouvailles à faire tous les jours !

Où vont les matières déposées à l’écocentre ?
FF : Ça dépend des matières, mais la majorité est traitée au Québec. Les matériaux de construction et le bois sont transportés dans un centre de tri régional. Le métal est acheté par des ferrailleurs québécois qui vont traiter la matière au et la revendre aux fonderies canadiennes et parfois à l’étranger. Les pneus sont recyclés par des entreprises québécoises qui vont en faire des tapis de caoutchouc agricoles par exemple. Les agrégats sont broyés et utilisés pour la réfection de nos routes. Les résidus de peinture et certaines huiles sont utilisés pour faire de nouvelles peintures. Les frigos et les halocarbures qu’ils contiennent sont confiés à un organisme spécialisé.

Quelles sont les choses à savoir avant de venir à l’écocentre ?
FF : Le plus important est de séparer vos matières AVANT d’arriver à l’écocentre, pour que vous puissiez facilement les déposer dans les bons conteneurs. Si vous arrivez avec une remorque où tout est mélangé, ça va être toute une aventure une fois rendu sur place ! Si vous apportez des produits liquides, tels que des huiles, antigels, et autres, il faut que les contenants soient bien identifiés.

Pour connaître la date d’ouverture, les horaires et la liste des matières acceptées et refusées, consultez le site web de Co-éco au www.co-eco.org.

Par Lucile Janin, chargée de communication et de sensibilisation chez Co-éco, en partenariat avec les MRC de Kamouraska, de Rivière-du-Loup et des Basques.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article