Publicité

11 février 2022 - 08:46

atelier5 célèbre 15 ans de création et d’innovation

Info Dimanche

Par Info Dimanche, [email protected]

Implantée depuis 2007 sur la rue Lafontaine à Rivière-du-Loup, l’entreprise fondée par l’architecte pistolois Carl Charron, atelier5, se démarque par l’originalité de ses conceptions, son approche en développement durable et par l’empreinte qu’elle laisse dans la région et dans la province au fil des années.

«La raison pour laquelle on reconnaît nos projets, c’est que notre signature architecturale est différente de ce qu’on voit», explique Carl Charron. Son équipe se base sur les approches de style déconstructiviste et de biophilie. Ce dernier concept s’inspire de la nature pour créer une architecture qui engendre un sentiment de bien-être chez l’humain. Les architectes d’atelier5 expliquent que la matière première qui nourrit leur conception est le site d’implantation en lui-même et les éléments naturels qu’on y retrouve.

«La nature ne présente pas beaucoup de lignes droites pures et dures. C’est bien rare un arbre qui est une belle ligne droite», ajoute M. Charron.

Le bureau qui compte une douzaine d’employés prend le parti de toujours améliorer ses idées et de pousser les projets plus loin afin de mettre de l’avant leur philosophie et leurs valeurs architecturales

La réputation de l’entreprise déborde largement les frontières du KRTB et la signature d’atelier5 est visible sur plusieurs bâtiments, de Fermont à Sherbrooke. Dans le secteur de Rivière-du-Loup, l’École de musique Alain-Caron, l’entrée du Cégep de Rivière-du-Loup, le Centre de curling et le Stade Premier Tech en sont des exemples.

«Ce n’est pas parce qu’on est un petit bureau de région qu’on ne peut pas faire une architecture  différente et changer les choses. L’empreinte qu’on laisse dans le paysage, c’est emprunté à notre vision architecturale», renchérit Carl Charron.

NOUVELLE ASSOCIÉE

À l’emploi d’atelier5 depuis 2012, soit dès sa sortie des bancs d’école, Annie Pelletier de Pohénégamook s’est associée à l’entreprise au cours de la dernière année. Cette nouvelle nomination permettra d’assurer une longévité au bureau de Rivière-du-Loup et elle sécurisera son développement à long terme.

Au cours des prochaines années, le fondateur Carl Charron souhaite parfaire les connaissances et l’expertise de son équipe, tout en continuant de se démarquer et à avoir du plaisir à créer à travers ses réalisations en tout genre un peu partout au Québec. «Nous avons 15 années de faites, mais le sentiment que la pousse ne fait que sortir de terre. Les gens viennent nous voir parce qu’ils savent que nous avons développé au fil du temps une approche différente et un style particulier qui ne cesse de croître, d’évoluer», complète-t-il.

Atelier 5 se démarque de ses compétiteurs par ses documents de qualité, qui ont des effets sur le faible pourcentage d’extras à la fin des chantiers. Les plans sont réfléchis afin d’éviter les surprises.

PRIX ET DISTINCTIONS

Plusieurs des projets de l’entreprise ont été salués par la communauté architecturale et pour leurs qualités par l’intégration de mesures en développement durable  . L’école l’Envol de Rivière-du-Loup est d’ailleurs citée comme un modèle à suivre dans le guide de conception des écoles au Québec. «C’est un projet que nous avons réalisé il y a une dizaine d’années et il est utilisé aujourd’hui en référence pour les prochaines écoles. Nous en sommes fiers. C’est le signe que nous sommes à l’avant-garde.»

Deux récents projets d’atelier5 ont été sélectionnés parmi les finalistes des Prix d’excellence en architecture Cecobois 2021. Il s’agit du Centre de curling Prelco dans la catégorie Bâtiment institutionnel - moins de 1000 m2 et la Réfection de l'entrée principale du Cégep de Rivière-du-Loup dans la catégorie Aménagement extérieur. Depuis 2012, ce sont sept réalisations de l’équipe qui ont été nommées ou récompensées à ce gala qui souligne l’innovation et la mise en valeur du bois.

Plusieurs autres bâtiments de la région ont été dessinés par atelier5, dont les façades extérieures de l’École Vision, la réfection de la piscine du Cégep de Rivière-du-Loup, le BeauLieu culturel du Témiscouata, l’entièreté des pavillons d’accueil et des services du Parc national du Lac-Témiscouata, le bâtiment polyvalent de la Plage de Pohénégamook, le Complexe Louis-Santerre et la caserne de Saint-Antonin pour ne nommer que ceux-là. Encore aujourd’hui sur une lancée, plusieurs projets distinctifs et novateurs sont en ébullition.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article