Publicité

6 avril 2022 - 06:59

Il fraude sa mère et écope de 12 mois de prison

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Multiples fraudes, fabrication de faux chèques, vols à l’étalage, Alexandre Roussel-Dionne comptait une douzaine de dossiers à son actif au palais de justice de Rivière-du-Loup. Il les a tous réglés en plaidant coupable à une kyrielle d’accusations le 31 mars, écopant par la même occasion d’une peine d’emprisonnement de 12 mois.

Trois mois de cette peine ont été soustraits en raison de la détention préventive purgée par l’accusé. Tous les crimes ont été perpétrés au cours de l’année 2020. Il a commis des vols à l’étalage dans un marché d’alimentation de la rue Fraserville à Rivière-du-Loup, de multiples fraudes en utilisant des faux chèques et des cartes de crédit volées, a fabriqué et utilisé de faux documents, et il a eu en sa possession du courrier volé.

Au moment où il a été arrêté pour les nombreux crimes financiers, Alexandre Roussel-Dionne était sous le coup d’une probation dans un dossier précédant lié à de la violence conjugale. L’accusé a évoqué des difficultés personnelles, une perte d’emploi et le décès d’un proche qui l’ont poussé vers la consommation de drogue. «Ce n’est pas une très belle partie de ma vie l’année 2020. J’ai rechuté vraiment solide. Je n’étais pas apte psychologiquement à faire quelque chose de bien», a-t-il commenté.

En avril, l’accusé a volé et utilisé des chèques émis au nom d’une succession. Il a été identifié sur les images des caméras des guichets automatiques en train de les encaisser. Un chèque de 2 147 $ fabriqué au nom de la succession a été retrouvé par son ancien locateur.

Alexandre Roussel-Dionne a aussi pris possession du compte bancaire de sa mère et il a utilisé sa carte de guichet à son insu. «Quand j’ai vu l’annonce à la télévision de la dame qui est toute petite et qui se fait crier par la tête, c’est à cette cause que j’ai pensé. La victime a appelé les policiers après un certain nombre de fraudes parce qu’elle avait trop peur de son fils», a résumé la procureure de la Couronne, Me Lili Anne Laforest. Cette dernière faisait référence au message publicitaire du gouvernement du Québec contre la maltraitance envers les ainés intitulé «Ne laissez pas la maltraitance vous diminuer». Dans sa déclaration aux policiers, la mère a raconté qu’elle se faisait injurier et crier dessus par son fils qui la traitait de voleuse et qui l’accusait de ne pas payer.

«Vous voyez jusqu’où la consommation ça peut mener. Ça peut nous mener à ne plus avoir de cœur. Pour la victime, ce n’est pas une fortune, mais c’est son nom en plus, son image et son fils qui la fraude. À jeun on ne fait pas ça», a souligné le juge de la Cour du Québec Martin Gagnon. Lors de l’audience, l’accusé n’a en aucun moment adressé de message à sa mère.

L’accusé a utilisé une carte de crédit qui avait été envoyée par la poste et qui n’avait pas été réclamée. Huit transactions frauduleuses ont été réalisées sur cette carte au cours de la même journée et il avait été identifié lors de l’une d’entre elles réalisée à un dépanneur de Rivière-du-Loup. Entre le 30 octobre 2020 et le 5 novembre 2020, il a tenté à plusieurs reprises de faire des paiements avec des cartes de crédit volées, mais seul un montant de 483 $ a été autorisé.

À une autre occasion, il a encaissé un faux chèque de 600 $ au nom de sa mère dans un dépanneur louperivois. Le chèque a rebondi puisqu’il était associé à un compte vide. Un autre chèque fabriqué de 4 000 $ a été trouvé par les policiers avant qu’il ne soit utilisé.

Lors de l’enquête, les policiers ont également mis la main sur huit enveloppes postales qui avaient été volées. À sa sortie de prison, Alexandre Roussel-Dionne devra se soumettre à une probation de 24 mois avec un suivi pendant 18 mois. Pour obtenir de l’aide en cas de maltraitance : Aideabusaines.ca ou 1 888 489-2287.

Publicité


Publicité

Commentez cet article