Publicité
22 novembre 2019 - 16:43 | Mis à jour : 17:03

Deux ans de prison pour le fraudeur du syndicat des travailleurs de Viandes duBreton

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Le Louperivois Mathieu Landry a écopé le 22 novembre d’une peine de deux ans de prison pour avoir fraudé le Syndicat des travailleuses et travailleurs de Viandes duBreton, alors qu’il occupait le poste de confiance de trésorier. La Couronne et la défense se sont entendues pour fixer le montant de la fraude à 150 000$.

Entre décembre 2013 et mai 2017, il a utilisé divers procédés frauduleux afin de s'enrichir. Il a avoué avoir ajouté divers chiffres aux chèques pour les rendre plus élevés et ensuite les déposer dans son compte personnel ou dans son compte conjoint, d’avoir inscrit son nom en tant que bénéficiaire sur des chèques qui ne lui étaient pas destinés et d’avoir fait de fausses réclamations à la suite d’expertises médicales ou d’arbitrage.

«Je regrette tout ce que j’ai fait, surtout quand je vois comment ç'a brisé ma vie (…)  Sur le coup je ne voyais pas où je m’en allais avec ça. Aujourd’hui, je réalise que j’ai fait beaucoup plus de mal que j’ai fait de bien», a exprimé Mathieu Landry, lors du prononcé de la sentence par le juge Martin Gagnon au palais de justice de Rivière-du-Loup. Au départ, l'accusé croyait pouvoir rembourser ses dettes, mais au fil du temps, il a continué son train de vie au-dessus de ses moyens et en a été incapable. Dans le cadre des procédures judiciaires, il a reconnu ses gestes, a plaidé coupable et a montré qu’il ressentait des remords. Au moment des crimes, le syndicat représentait 493 membres.

Le trésorier actuel du Syndicat, Jean-Pierre Cyr, a assisté aux procédures judiciaires. Cet acte criminel a brisé la confiance des travailleurs envers Mathieu Landry, mais il a aussi eu des effets collatéraux. La peine de deux ans imposée le 22 novembre n’était toutefois pas une surprise. «On s’en doutait un peu. Il aurait pu en mériter un peu plus. En réalité la fraude totale est de 326 000$. Avec la CSN, on a fait des arrangements sur une période de 8 à 9 ans pour le remboursement de cette dette. Nos travailleurs doivent encore payer une dette que M. Landry nous a causée à l’intérieur de ses fonctions. Les gens sont frustrés et enragés parce qu’il avait notre confiance pour occuper ce poste de trésorier (...) Le syndicat de la CSN a fait une saisie de 326 000$ à vie, renouvelable aux 10 ans, jusqu'à temps que la dette soit remboursée. Même à sa mort, il va nous en devoir d'autre, tant qu'à moi. On ne reverra jamais cet argent-là. On va ramasser ce qu'on peut, mais il ne faut pas avoir d'attentes», a-t-il commenté.

L’accusé a écopé d’une peine d’emprisonnement de deux ans assortie d’une probation de trois ans. Il s’est également engagé à rembourser un montant de 150 000$ sur une période de 10 ans. Au cours des dix prochaines années il lui sera également interdit de chercher, accepter ou de garder un emploi ou un travail bénévoles où il exerce un pouvoir sur des biens meubles ou les avoirs d’autrui.

Malgré cet incident, le représentant du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Viandes duBreton assure que ses membres ont eu droit à la même protection en tout temps. La fin des procédures devrait permettre au syndicat de définitivement tourner la page sur cette fraude, mais selon M. Cyr, les travailleurs ne l’oublieront jamais.

Publicité


Publicité

Commentez cet article