Publicité
11 juillet 2019 - 10:28

Deux accusés de trafic de stupéfiants brisent leurs engagements de remise en liberté

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

Deux accusés en matière de stupéfiants ont appris à leurs dépens que défier les ordres du tribunal engendre des conséquences judiciaires sérieuses. Véronique Lévesque, 23 ans, de Rivière-du-Loup Jason Bard, 21 ans, de La Pocatière ont plaidé coupable et écopé tous les deux de peines de 30 jours de prison puisqu’ils ont brisé les engagements qu’ils avaient contractés pour regagner leur liberté.

Les contrevenants avaient été arrêtés le 19 juin à la suite d’une série d’arrestations menées dans le cadre du projet «Panais» de la Sûreté du Québec, pour mettre fin aux activités de revente de stupéfiants dans la région du Bas-Saint-Laurent.

Ils ont été aperçus le 6 juillet par un témoin alors qu’ils marchaient ensemble sur le bord de la rue Pelletier à Saint-Antonin, alors qu’ils devaient se soumettre à un interdit de contact. Deux jours plus tard, soit le 8 juillet, Véronique Lévesque, ainsi que Jason Bard ont échangé verbalement dans la salle de cour avec un autre individu arrêté dans un dossier de stupéfiants, Michaël Ouellet, alors qu’il leur était interdit de communiquer ensemble. Ils ont même dérangé le déroulement de la cour en faisant fi du décorum et se sont fait avertir par l’un des constables du palais de justice.

À noter que les deux accusés n’avaient aucun antécédent judiciaire à leur actif jusqu’à ce moment. Véronique Lévesque purgera sa peine de manière discontinue à partir du 15 juillet, alors que Jason Bard restera en prison pendant 25 jours de manière continue. Cinq jours de prison sont déjà comptabilisés, puisqu’ils étaient en détention depuis le 8 juillet. 

«C’est vraiment triste que pour un premier passage à la cour, vous faites déjà de la détention», a fait valoir la juge Celestina Almeida. Cette dernière se souvenait que les accusés avaient dérangé dans la salle de cour, puisqu’elle y siégeait. Briser un engagement en plein cœur du tribunal constituait un argument de plus afin de prioriser la peine de détention. 

Véronique Lévesque et Jason Bard reviendront le 23 septembre au palais de justice de Rivière-du-Loup concernant leurs dossiers de trafic de stupéfiants. Ils sont toujours soumis aux mêmes conditions, même s’ils se sont vus imposer une peine de détention.  

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • C'est ironique elle aurait pu leur donner une tape sur les doigt comme elle a fait pour monsieur Simard cette juge ... ah oui j 'oubliais ils n ont pas le même revenu

    On est bourré de bon juge au québec lol - 2019-07-15 09:26