Publicité
30 octobre 2018 - 12:01 | Mis à jour : 12:22

Délit de fuite mortel : l'accusé demeure détenu

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

Le trentenaire William Beaulieu, accusé de bris de probation, de conduite dangereuse et de délit de fuite causant la mort à Packington le 29 juillet dernier a vu sa demande de révision de cautionnement refusée par le juge Richard Grenier de la Cour supérieure le 30 octobre au palais de justice de Rivière-du-Loup.

L’accusé originaire de Saint-Marc-du-Lac-Long souhaitait retrouver sa liberté en attendant la suite des procédures judiciaires. Le procureur de la défense, Me Yves Desaulniers estimait que le juge de première instance Martin Gagnon avait erré dans sa décision rendue au terme de l’enquête sur remise en liberté le 9 aout. Il s’est appuyé sur quelques éléments qui font partie de la preuve pour appuyer ses arguments.

Le juge Grenier a toutefois confirmé la décision rendue par son collègue de la Cour du Québec, poursuivant ainsi la détention de l’accusé. Il a estimé qu’il n’avait pas erré concernant les principes de droit et a soulevé que les citoyens ont le droit d’être protégés d’une personne qui «se soucie peu de la sécurité des gens».

Toute la preuve, de même que le contenu des témoignages livrés à la cour dans le cadre de l’enquête préliminaire et de cette requête, sont frappés d’une ordonnance de non-publication jusqu’à la tenue du procès.

Selon la Sûreté du Québec, les victimes dans ce dossier, un homme de 78 ans et une femme de 77 ans, marchaient ensemble sur le bord du 6e rang vers 10 h 15, près de la route du Lac Jerry à Packington le 29 juillet, quand elles ont été heurtées de plein fouet par un véhicule. 

Grièvement blessées, les deux personnes ont été conduites au centre hospitalier où elles ont finalement succombé à leurs blessures. William Beaulieu, de Saint-Marc-du-Lac-Long, a été arrêté chez lui, à une vingtaine de kilomètres de l’accident, après avoir été retrouvé par des agents de la Sûreté du Québec. Au moment des faits, l'accusé était sous le coup d'une probation de 12 mois dans un dossier de possession de stupéfiants auquel il avait plaidé coupable en juin. Soulignons que l’accusé bénéficie toujours de la présomption d’innocence prévue par le système de justice criminelle du Canada.

William Beaulieu reviendra devant la Cour du Québec le 1er novembre au palais de justice de Rivière-du-Loup pour la suite des procédures judiciaires.

» À lire aussi - Délit de fuite mortel : le chauffard accusé

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • La liberté s'arrête où celle des autres commence. Un vrai danger publique!

    Sylvie - 2018-10-31 07:47