Publicité
7 août 2017 - 18:53 | Mis à jour : 20:21

Une femme chute à la SEBKA

Info Dimanche

Par Info Dimanche, [email protected]

Toutes les réactions 5

Les services d’urgence ont été appelés à se déplacer sur les terres de la Société d’écologie de la batture du Kamouraska (SEBKA) de Saint-André-de-Kamouraska, ce lundi 7 aout peu avant 17 h, afin de porter secours à une dame d’une trentaine d’années qui a chuté dans les sentiers.

Ambulanciers, pompiers et policiers se sont ainsi présentés sur place. On croyait leur aide nécessaire afin d’atteindre la victime située à environ un kilomètre de la route. Finalement, ils n’auraient pas eu à intervenir puisque la dame a été en mesure de redescendre de la montagne, avec l’aide de personnes venues à son secours, jusqu’à une maison située à proximité de la voie d’accès principale.

C’est à cet endroit qu’elle a été examinée par les paramédics de la Coopérative du Grand-Portage. «Ses amis ont communiqué avec les services d’urgence en raison de la présence de saignements à la tête et au bras. Ce sont des blessures mineures. Elle a été transportée au centre hospitalier par mesure préventive», a raconté le directeur du Service de sécurité incendie KamEst, Robin Laplante.

Dans le doute de l’appel initial, une vingtaine de pompiers ainsi que le traineau de sauvetage ont été mobilisés.

 

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

5 réactionsCommentaire(s)
  • vous rappelez vous l'histoire de la femme de Liam Neeson qui est decede a son retour aux USA apres une chute au Mont Tremblant ou St Sauveur. Elle n'a pas voulu aller a l'hôpital se faire examiner. Alors, arretez de blâmer les ambulanciers pour trop de prudence. Vaut mieux trop que pas assez

    Clair - 2017-08-08 14:51
  • Les paramedics ont de grandes lignes directrices à suivre en fonction de l'évaluation qu'il font du patient ainsi que des critères d'instabilités relier ici à la traumatologie.

    Affirmer qu'il le font juste pour prendre aucun risque est relativement faut. L'évaluation avec les signes et symptômes guidera le mode de conduit.

    Le mode de conduite est determiner par la priorité donné par la répartition pour aller sur les lieux et pour quitter vers l'hôpital le tout est régit selon certains critères associé à l'évaluation de la victime.

    La conduite d'urgence est assez stricte dans le prehospitalier et de plus en plus diminuer en fonction des nouveaux protocoles.

    Bob - 2017-08-08 09:36
  • @Prudence En 2017 ils ne peuvent pas prendre de chance . Imaginez si les ambulanciers prendre leurs temps et la dame succombe à ses blessures. Tout les commentaires serait "c'est pas au ambulanciers de déterminer l'état de la victime.. blablabla . Faut renvoyer l'ambulancier.. blablabla" .. voilà

    Tom - 2017-08-08 07:40
  • Je précise que je peux comprendre qu'à l'aller, l'ambulance aille à toute vitesse pour se rendre sur les lieux de l'accident. Mais pourquoi faire de même au retour si l'état de la personne transportée ne le justifie pas? On aurait également pu emprunter la route 20 par la route de la Station. Je ne comprends vraiment pas. Traverser ainsi une zone résidentielle à très
    haute vitesse n'est pas sans conséquence.

    Prudence - 2017-08-07 19:24
  • Pourquoi alors l'ambulance est-elle repartie et a-t-elle traversé le village de St-André toutes sirènes hurlantes et à toute vitesse ? Ce genre de démonstration comporte ses dangers. Pour s'y livrer, il faut avoir une bonne raison.

    Prudence - 2017-08-07 19:19