Publicité

4 novembre 2021 - 06:59 | Mis à jour : 08:14

Enjeux principaux de la course à la mairie de Saint-Antonin

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Les candidats à la mairie de Saint-Antonin se sont faits plutôt discrets au cours des dernières semaines, mais une lutte est bel et bien en cours entre le maire sortant, Michel Nadeau et Denis Fortin, un ex-conseiller municipal qui convoite les fonctions de premier magistrat en vue des élections du 7 novembre.

De nombreux projets sont sur la planche à dessin à Saint-Antonin, dont la construction d’une nouvelle école, d’un CPE, la modernisation du centre des loisirs, la transformation de l’église en centre multifonctionnel et la demande de transition de Municipalité vers une Ville qui a été déposée au ministère des Affaires municipales et de l’Habitation.

Michel Nadeau, maire sortant élu en 2013 et réélu en 2017, sollicite un troisième mandat consécutif. Depuis plusieurs semaines, il mène une campagne électorale de terrain et fait du porte-à-porte. Il indique que le terrain envisagé pour la construction de la nouvelle école sera situé à l’arrière du centre communautaire Michel-Desrosiers près du chemin Rivière-Verte. «Je suis en attente d’une rencontre avec le ministère de l’Éducation pour débattre du plan. On veut une école et un CPE et c’est à nous de faire la démonstration que c’est un besoin», explique-t-il. Michel Nadeau ajoute que la demande de financement pour la construction d’une patinoire couverte et d’un centre des loisirs plus moderne sur la rue Pelletier sera relancée s’il est élu.

De son côté, le candidat à la mairie Denis Fortin veut développer les projets mis en place par l’équipe précédente et être à l’écoute des citoyens. Il n’a fait aucun porte-à-porte en raison des règles sanitaires. «Le but n’est pas de défaire ce que le conseil a accompli à l’heure actuelle. Je ne veux pas bâcler ni tasser les projets. Je veux continuer à aller de l’avant avec ça. Il faut que la Municipalité convienne autant aux jeunes familles qu’aux ainés. Je veux implanter un terrain de tennis, mettre des parcs d’amusements dans tous les développements domiciliaires», indique M. Fortin. Il évoque aussi la possibilité d’aménager une ou des allées de quilles pour les personnes âgées de la Municipalité. 

TRANSFORMATION DE L’ÉGLISE

La transformation de l’église en un centre multifonctionnel a fait l’objet de consultations au cours des dernières années. Michel Nadeau croit qu’il s’agit d’un projet à réaliser en 2022. «On ne veut pas attendre qu’elle tombe comme ailleurs au Québec […] On veut faire quelque chose qui va servir à la population et qui sera à aux citoyens», souligne-t-il. Ce dernier évoque une capacité d’environ 300 personnes selon les plans qui ont été soumis à la Municipalité et beaucoup d’espaces de stationnement disponibles.

De son côté, l’aspirant maire Denis Fortin veut aussi favoriser la construction d’un centre multifonctionnel. Il souhaite toutefois évaluer s’il serait préférable de rénover l’un des deux centres de loisirs ou construire un aréna. «Il faut garder le statut religieux à l’église un peu. Je suis d’accord pour avoir d’autres salles. Ce sera au municipal de voir à cela, mais pas de là à mettre des millions dans ce projet. Des fois c’est beau réparer, on est peut-être mieux de faire à côté aussi.»

VILLE DE SAINT-ANTONIN?

La demande de Saint-Antonin pour devenir une Ville a aussi suscité des réactions différentes pour les deux candidats. Denis Fortin se montre prudent. «On doit informer les citoyens des conséquences positives et négatives de cette demande, être transparent avec ça. Cela entraine plus d’employés à la Municipalité et plus de couts. Je suis plus ou moins d’accord. Il ne faut pas commencer narguer une autre ville comme Rivière-du-Loup. On est là pour s’entraider et prendre des ententes», ajoute M. Fortin.

L’autre candidat à la mairie, Michel Nadeau, se montre enthousiaste, même si le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation n’a pas encore transmis sa réponse officielle. «Les Villes des fois vont aller chercher des subventions qu’on ne pouvait pas avoir en tant que Municipalité. Pour notre progression, ça nous prend ça […] Certaines personnes ont peur que les taxes montent. Je ne suis pas inquiet de cela. On a engagé une nouvelle ressource qui nous permet d’aller chercher des subventions et d’offrir plus de services à la population», indique-t-il. M. Nadeau croit que certains candidats, sans les cibler, se sont présentés pour favoriser leurs intérêts personnels.

Impliqué en politique municipale depuis une trentaine d’années, Denis Fortin se dit prêt pour relever un nouveau défi. Il veut rencontrer tous les promoteurs pour faire un plan de développement concerté à Saint-Antonin, plutôt que «miette par miette». «Le projet d’hôtel et de motel près de l’autoroute 85 a été mis de côté. Le promoteur a été tassé, je veux remettre ça sur le tapis. Dans une municipalité de près de 5 000 âmes, ce serait intéressant d’avoir une épicerie à plus grande surface. Ça prendrait des restaurants aussi», indique-t-il. M. Fortin ajoute que les services municipaux, comme l’aqueduc et les égouts doivent être amenés dans les nouveaux développements résidentiels. Il déplore aussi que ce sont les parents qui ont dû monter le projet de parc municipal dans le développement du Domaine de la Rivière-Verte et aller à la recherche de financement.  

Quant à lui, Michel Nadeau croit que les citoyens de Saint-Antonin récoltent présentement ce qui a été mis en place au cours des huit dernières années, grâce au développement économique de la municipalité. «Il y a des gros dossiers qui sont en train de se discuter en ce moment, il faut éviter de recommencer les discussions à zéro», conclut-t-il. On note parmi les réalisations récentes la construction de la nouvelle caserne incendie de 2,3 M$, l’acquisition d’une camion-échelle, le développement industriel et commercial du secteur de la rue du Carrefour et les travaux sur le rang 5, la route Clara et le chemin Lavoie.

Le vote se déroulera le dimanche 7 novembre entre 9 h 30 et 20 h au gymnase de l’école Lanouette de Saint-Antonin, situé au 18, rue du Couvent. À noter que les conseillers Mario Fortin, Alain Castonguay et René Bélanger ont été élus sans opposition.

Publicité


Publicité

Commentez cet article