Publicité

3 octobre 2021 - 14:20

«Je ne vais pas là pour me chicaner, au contraire»

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Ginette Bégin ne convoite pas un siège au sein du conseil municipal de Témiscouata-sur-le-Lac pour créer de la division et de la chicane, assure-t-elle. La femme d’affaires et professeure à l’université soutient plutôt qu’elle se présente avant tout pour «encourager une vision inclusive de la ville, des limites de Dégelis à celles de Saint-Louis-du-Ha! Ha!».

Rejointe au lendemain de l’annonce qu’elle allait être sur les rangs dans le cadre de l’élection municipale, Mme Bégin a retourné l’appel d’Info Dimanche quelques jours plus tard lorsqu’elle a pris connaissance de son message, acceptant d’expliquer sa décision de passer de la parole à l’action, d’entrer dans la joute politique. 

«J’offre mon expertise, mes compétences académiques et entrepreneuriales, mon intuition et surtout l’amour de ma région», dit d’emblée celle qui vise une élection dans le district 6, au cœur de Notre-Dame-du-Lac. «Je ne vais pas là pour me chicaner, au contraire», dira-t-elle plus tard. 

Au cours des dernières années, Ginette Bégin est devenue la voix d’une partie de la population témilacoise en désaccord avec certaines décisions et orientations du conseil municipal. Opposée au grand projet visant la construction d’un nouvel aréna et d’un centre communautaire, elle a aussi représenté le camp du Non dans le cadre du référendum sur la question. «Mais je ne m’en vais pas pour démolir les deux bâtiments, lance-t-elle. J’ai essayé de dire à la population ce que j’en pensais.»

Ginette Bégin souhaite regarder en avant. Elle se présente afin de participer à la prise de décision sur le développement de Témiscouata-sur-le-Lac, un milieu qu’elle a retrouvé en 1999.  Elle soutient être préoccupée par «le bien vivre ensemble» et la transparence dans la gestion municipale. 

«Un des gros enjeux dans les prochains quatre ans, c’est le côté social. Notre communauté est blessée, dans les deux quartiers. Cette blessure, pour moi, repose sur un manque de respect initié d’un côté, basculé de l’autre […] Il faut replacer l’ensemble des citoyens au cœur d’une vision future», dit-elle, ajoutant que «les citoyens doivent avoir la conviction qu’ils sont traités équitablement». 

La candidate est catégorique : elle souhaite être «constructive» pour l’ensemble de la Ville de Témiscouata-sur-le-Lac, et non «pas pour juste un petit groupe». «Je ne suis pas la méchante qu’on laisse croire […] Je veux de la justice, de l’équité. Quand c’est blanc, qu’on dise que c’est blanc.»

Elle estime que porter le chapeau d’élue lui permettra d’accueillir les perspectives de citoyens et de les transmettre à la Ville «pour qu’elles soit prise en considération». «Les gens ont le droit de dire qu’ils ne sont pas d’accord, mais il y a une façon de le faire», mentionne-t-elle, ajoutant qu’elle compte aussi rester fidèle à elle-même en s’interrogeant et en analysant différents angles d’une même question.  

«C’est sûr que si je vois quelque chose de négatif, je ne pourrai pas me taire, confirme-t-elle. Si, j’en arrive, après un processus, à dire que je ne suis pas d’accord, je vais m’assumer jusqu’au bout. Et je vais expliquer aux citoyens les éléments que je trouve important à souligner.»

«Mais je ne vais pas m’amuser à contester pour contester, prend-t-elle le temps de nuancer. Je vais respecter les autres élus, je vais respecter la majorité.»

Ginette Bégin assure qu’elle travaillera avec tous les élus, y compris le maire Denis Blais qui faisait partie du conseil précédent et qui était proche de Gaétan Ouellet. «Je ne me situe pas comme étant la meilleure au monde, mais j’ai quelque chose à offrir. Si les citoyens veulent essayer d’en profiter ensemble et de m’aider à contribuer à notre développement, j’ai convenu que j’allais y œuvrer [au cours des prochaines années], peu importe qui est au sein du conseil municipal.»

Dans le district 6, Ginette Bégin affronte Marie-Lyne Michaud, membre de l’équipe du maire Denis Blais. À Témiscouata-sur-le-Lac, des luttes auront lieu dans quatre des six districts.
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article