Publicité

15 septembre 2021 - 14:43 | Mis à jour : 29 septembre 2021 - 11:16

Une lutte à trois se profile à la préfecture du Kamouraska

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin

L'ancien maire de Saint-Joseph-de-Kamouraska, Sylvain Roy, a annoncé mardi soir qu'il briguera le poste de préfet de la MRC de Kamouraska. Il s'agit du deuxième candidat à se manifester, le premier étant Louis-Martin Hénault de Saint-Pascal. Un troisième, le maire sortant de Saint-André-de-Kamouraska, Gervais Darisse, devrait confirmer sa candidature ce jeudi.

En plus d'avoir été le maire pendant 10 ans de Saint-Joseph-de-Kamouraske, Sylvain Roy a aussi été impliqué pendant 20 ans avec Centraide dans la lutte contre la pauvreté et l’exclusion. Lors de cette période, il souligne que 8,2 M$ ont été amassés afin d'aider des milliers de Bas-Laurentiens.

M. Roy met aussi de l'avant sa connaissance de la MRC de Kamouraska non seulement par son passage à la mairie, mais aussi par sa présence de quelques années au comité administratif de cette même MRC, sans compter les nombreux comités ad hoc (éolien, culture, patrimoine, schémas d’aménagement et couverture de risques, planif. stratégique) sur lesquels il a siégé.

Pour ce dernier, le dépôt de sa candidature relève d'une décision murement réfléchie et de longue date et qui s’est accélérée à la suite de l’annonce de l'actuel préfet de Kamouraska, Yvon Soucy, de ne pas briguer de nouveau mandat, après 12 ans. Ce dernier a précisé ne pas souhaiter «réinventer» la MRC et a donné sa confiance à l'équipe en place. Il désire poursuivre le leadership qu'il décrit comme «inclusif» de M. Soucy. «n ne change pas une formule gagnante, on tente seulement de la bonifier», souligne le candidat.

Sylvain Roy établit quatre grandes priorités qui viendront guider la préfecture élue de 2021 à 2025 sous sa gouverne : la prochaine planification stratégique quinquennale 2021-2026 (les 6 tables : une action vitale pour une reprise lumineuse et fructueuse post-COVID); l’internet pour vrai et la couverture cellulaire qu’il revendiquera bec et ongles; les futurs projets éoliens qui représentent des revenus stables, récurrents et prévisibles à condition de poursuivre comme partenaire investisseur; enfin, une gouvernance expérimentée, précise et respectueuse, d’autant plus qu’il y aura plus de la moitié de nouveaux maires-mairesses autour de la Table.

«Clairement, mes trente années de gouvernance faciliteront le bon déroulement des conseils de la MRC. En tous cas, cela ne pourra pas nuire» conclut-il.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article