Publicité

2 septembre 2021 - 11:15 | Mis à jour : 11:17

Une candidate indépendante dans Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques

Noémi Bureau-Civil est candidate indépendante aux élections fédérales de 2021 dans la circonscription de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques.

«J'ai quitté Rimouski, quartier Sacré-Cœur, rue Maurice, il y a 25 ans. Ce sont les paysages, le foisonnement d’idées et de projets citoyens alternatifs qui m’ont appelée à revenir aux sources, à Saint-Valérien-de-Rimouski. Je m’y épanouis depuis près de deux ans», mentionne Mme Bureau-Civil.

L'étalement urbain, l’érosion des berges, des sécheresses et des insectes ravageurs dans les terres cultivées, la forêt surexploitée, une centralisation accrue des services, l’exode des jeunes et la crise du logement, autant de constats faits par la candidate.

«La municipalité de mon enfance signe la Déclaration d’Urgence Climatique d’une main et la lettre de bienvenue d'un Costco de l’autre. Les personnes vulnérables, encore plus dans les villages excentrés, sont plus esseulées que jamais. C’est le résultat de l'hyper centralisation des services, de l’atomisation de nos groupes sociaux par le tout numérique et, surtout, de l'impératif de productivité faisant que nous n'avons plus le temps de prendre soin des nôtres et de soi-même. Les personnes âgées doivent se résoudre à quitter leurs repères, à un moment de leur vie où c’est pourtant si nécessaire. Elles s’agglutinent autour d’un hôpital faute de support local ou de transport adéquat», commente-t-elle.

«C'est donc de retour aux sources, avec l’humilité d’une citoyenne non partisane et l'énergie du désespoir, que je me lance dans cette course électorale. Je m'y lance avec la peur au ventre, la démocratie au cœur et les enfants de mes proches et les laissé.e.s pour compte en tête. Je le fais afin de contester le manque de volonté, voire la complicité mortifère, des gouvernements successifs et des industries face aux basculements présents et à venir. C’est à nous de jouer, pour enfin séparer l’État de l’entreprise de sorte que celui-ci ne soit plus au service du capitalisme, mais bien dédié à répondre à nos besoins essentiels. Afin de nous aider à véritablement accéder à une vie bonne», ajoute Noémi Bureau-Civil.

«Prenons ensemble les commandes de ce train qui menace de foncer dans le mur et effectuons ensemble ce virage de sauvetage nécessaire vers une décroissance choisie, la seule direction qui soit à la hauteur des urgences socio-écologiques de notre époque. Produire moins, partager plus, décider ensemble : voilà les thèmes d’un projet décroissanciste permettant de bâtir, dès maintenant, un monde à échelle plus humaine», soutient la candidate indépendante.

Pour Noémi Bureau-Civil, «notre magnifique région a tout ce qu’il faut pour démontrer qu’un monde meilleur est possible. Nous y trouvons déjà une foule de projets de communalisation, d’éducation populaire, de démocratie participative, de réparation et de fabrication d’objets, de souveraineté alimentaire, de partage d’outils, de troc, de réappropriation communautaire de terres privées, de maraîchage biologique à échelle humaine et bien plus encore. Nous sommes riches de personnes qui tracent les sentiers à explorer, à expérimenter, à s’approprier et à multiplier pour devenir une véritable région pionnière de la vie bonne.»

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article