Publicité
4 octobre 2019 - 15:36 | Mis à jour : 8 octobre 2019 - 14:36

Les candidats du Bloc québécois à la défense des agriculteurs

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Louis Gagnon et Maxime Blanchette-Joncas, candidats pour le Bloc québécois dans les deux circonscriptions qui couvrent le KRTB, comptent être les alliés des producteurs agricoles régionaux à Ottawa. Estimant que «les récents accords de commerce imposés par Ottawa ébranlent durement le système de la gestion de l’offre», ils martèlent qu’il est temps d’adopter des mesures fortes pour le protéger. 

Réunis dans le cadre d’un point de presse organisé ce vendredi 4 octobre, Louis Gagnon, candidat dans Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup et Maxime Blanchette-Joncas, sur les rangs dans Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques, ont rappelé que le Bloc québécois s’engage à déposer un projet de loi visant à garantir que le système de la gestion de l’offre soit exclu de toutes futures négociations de libre-échange. 

«Nous souhaitons faire modifier la loi sur le ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement, afin d’interdire au ministre de négocier un accord commercial qui aurait pour effet d’affaiblir le système de la gestion de l’offre», a expliqué M. Blanchette-Joncas, rappelant que les ententes négociées par les conservateurs et les libéraux, dans le passé, ont compromis la compétitivité des producteurs. 

Questionné à savoir comment le parti allait réussir à faire passer son projet de loi, considérant qu’il ne sera pas au pouvoir après le 21 octobre, le candidat a évidemment fait référence à l’élection d’un gouvernement minoritaire et de la balance du pouvoir. «Avec une opposition forte du Bloc québécois à Ottawa, […] c’est quelque chose qu’on serait capable de faire», a-t-il souligné.

Dans le même ordre d’idées, Louis Gagnon et Maxime Blanchette-Joncas ont mentionné que leur parti n’appuierait «aucun budget» qui ne prévoit pas de compensations pour dédommager les producteurs laitiers lésés par les brèches consenties à la gestion de l’offre. 

«Nous devons agir impérativement pour éviter de nouveaux accros à ce système qui est un outil essentiel au développement des régions du Québec, en plus d’assurer une stabilité des revenus et des prix», a ajouté M. Blanchette-Joncas, ajoutant que la défense de la gestion de l’offre est «un cheval de bataille» des députés du Bloc québécois depuis des années. 

SUPPORT PSYCHOLOGIQUE

Si les producteurs agricoles ont besoin de soutien financier, le Bloc québécois se dit également conscient des difficultés psychologiques auxquelles ils sont aussi confrontés. Le parti compte y travailler. 

«J’ai eu l’occasion de rencontrer les gens de l’Union des producteurs agricoles du Bas-Saint-Laurent et ils m’ont fait part de leurs préoccupations. Ce que l’on souhaite, c’est qu’il y ait de la concertation avec les acteurs du milieu. On souhaite des ententes pour les soutenir. On le sait, être producteur agricole, ce n’est pas facile, c’est plusieurs heures de travail tous les jours, alors il faut les appuyer.»

APPUI DE PAUL CRÊTE ET BILAN

Notons par ailleurs que les candidats ont dressé un bilan très positif de la première moitié de campagne du Bloc québécois, estimant même que le parti se retrouve dans une situation confortable à mi-chemin dans la course. Nul doute, pour Louis Gagnon, que les interventions du chef Yves-François Blanchet y sont pour quelque chose. 

«Les performances de M. Blanchet rappellent aux gens qu’il y a une alternative [aux partis fédéralistes]. Les gens le trouve crédible, bon, cohérent et ils se disent qu’ils ont enfin quelqu’un à qui s’accrocher [...] Je pense que les gens du comté sont très contents d’avoir des candidats du Bloc.»

Notons que l’ancien député Paul Crête a publiquement offert son appui aux candidats, vendredi, alors qu’il a accompagné Maxime Blanchette-Joncas lors de différentes activités au Témiscouata. 

 

 

 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article