Publicité
25 septembre 2019 - 14:39 | Mis à jour : 16:19

Le candidat du NPD Guy Caron s’engage dans la lutte contre les changements climatiques

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Le candidat du Nouveau parti démocratique (NPD) dans la circonscription de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques, Guy Caron, a présenté les positions de son organisation politique à propos des changements climatiques à deux jours de la grande marche pour le climat organisée le 27 septembre. Il a d’ailleurs confirmé qu’il prendra part à cette démarche citoyenne à Rimouski.

Elles s’articulent principalement en deux grands axes, soit l’électrification des transports et la rénovation éco-énergétique du parc immobilier canadien. Le NPD prévoit l’investissement de 17 milliards de dollars sur quatre ans dans la lutte aux changements climatiques et la création de 300 000 emplois au cours de cette transition énergétique.

«Je veux une campagne résolument régionaliste. C’est probablement le seul enjeu pour lequel je parle de la plateforme nationale parce que qu’il est national, de la région, québécois et canadien», explique Guy Caron.

Le NPD propose de bonifier l’incitatif du gouvernement fédéral en le faisant passer de 5 000$ à 15 000$ pour l’achat de véhicules zéro émission construits au Canada afin de stimuler leur production et d’encourager les constructeurs automobiles à développer ce créneau. Le NPD entend exempter les acheteurs de ces véhicules d'un la taxe de vente fédérale. L’électrification des transports consiste toutefois un défi important dans les régions plus éloignées.

«Dans les milieux ruraux, on a de plus grandes distances à parcourir, et c’est beaucoup plus difficile. Il faut pouvoir accroitre l’autonomie, et il y a un programme pour aider à développer la recherche et le développement. L’établissement de bornes en milieu régional est crucial pour que les gens puissent adhérer à l’idée d’une voiture électrique à zéro émission», souligne Guy Caron, en rappelant que la réalité régionale est différente de celle des grands centres, où ces problématiques sont absentes. Ce dernier souhaite que d’ici 2040, le parc automobile canadien soit zéro émission de gaz à effet de serre. Pour ce faire, il faut selon lui poser des gestes concrets, sans attendre que le marché fournisse lui-même la réponse.

Le NPD se fixe aussi comme objectif de rénover toutes les résidences du Canada en accordant des prêts à faible intérêt pour faire l’isolation, le remplacement des fenêtres et favoriser des solutions vertes pour les toits, afin d’émettre moins de gaz à effet de serre.

URGENCE CLIMATIQUE

S’il est élu aux commandes du gouvernement, le NPD s’engage à déclarer l’état d’urgence climatique et à poser diverses actions afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre. «Nous avons tenté par des résolutions à la Chambre des communes de faire adopter cette idée que nous sommes en urgence climatique. Les libéraux ont voté contre, et ils ont tenté de proposer leur propre motion qui diluait l’importance et l’urgence de s’attaquer aux changements climatiques. On le voit à travers leurs annonces et leurs actions», souligne le candidat néo-démocrate Guy Caron. Notons que le gouvernement du Québec a voté le 25 septembre en faveur d’une motion déposée par Québec solidaire pour déclarer l’urgence climatique. Ce dernier ne s’est d’ailleurs pas fait tendre à l’endroit du bilan environnemental du gouvernement fédéral dirigé par Justin Trudeau. 

«On parle de l’achat pour 4,5 milliards d’un pipeline (NDLR : Trans Mountain de Kinder Morgan), mais il y a en plus de ça un engagement libéral d’investir plus de 7 milliards de dollars pour tripler la capacité d’exportation de ce pipeline. Alors ce n’est pas seulement de posséder un pipeline, mais c’est aussi de l’accroitre et de contribuer à l’émission d’une plus grande quantité de gaz à effet de serre et ce n’est pas compatible avec l’urgence que l’on vit présentement», conclut Guy Caron.

Le candidat néo-démocrate s’est ensuite rendu à Rivière-du-Loup pour épauler le candidat Hugo Latulippe, qui souhaite faire de la circonscription de Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup un pôle de transition écologie de l’économie canadienne.

» À lire aussi : Vers un pôle de transition écologique de l’économie canadienne : «Il est temps de s'unir et d’avancer» - Hugo Latulippe

Publicité


Publicité

Commentez cet article