Publicité
10 septembre 2019 - 09:16

Louis Gagnon veut une circonscription écoresponsable

Louis Gagnon veut proposer des solutions environnementales pour la région, non pas comme fardeau, mais bien comme moteur économique.

«En économie, la loi de l’offre et de la demande s’applique. C’est parfois étrange de constater à quel point nos gouvernements sont déconnectés de la réalité. Les gens de la région veulent des investissements en environnement pour faire croitre l’économie, mais tout ce qu’on nous propose c’est soit de l’énergie sale, soit rien. Imaginez ce qu’on aurait pu faire avec les 5 milliards que les Libéraux ont mis dans un pipeline rouillé?», affirme le candidat du Bloc.

Il considère que la région a une opportunité sans pareille à saisir et il compte bien aller chercher l’argent qu’on envoie au fédéral pour construire des projets à long terme dans la région. Il cite notamment la plantation d’arbres, la maximisation de la biométhanisation, la dénonciation du plastique à usage unique, l’électrification des transports, l’innovation et la technologie, le tourisme vert, et tellement d’autres encore.

«Tous les paliers de gouvernement doivent s’attaquer au changement climatique et le fédéral ne fait pas exception. On va tirer les bonnes ficelles pour faire croitre notre région avec une vision à long terme au niveau du développement durable, même si on sait que le Canada est un état pétrolier. Les Conservateurs, les Libéraux et le NPD naviguent dans des partis qui comptent sur le pétrole comme moteur économique. Ça coute cher au Québec. C’est une erreur. Il faut en sortir, pas s’enfoncer. Quand le Québec sera indépendant, on pourra faire des pas encore plus grands pour notre environnement», ajoute le professeur de Rivière-du-Loup.

«Une preuve qu’on veut être écoresponsable dans notre campagne électorale : nous allons éviter les dépliants papier et donner aux électeurs une alternative écologique dont nous vous réservons la surprise. Ça ne semble peut-être pas grand-chose, mais nous croyons le symbole fort. Les dépliants c’est d’une autre époque et je pense que lorsque les gens reçoivent, par exemple, toute la paperasse du député sortant Généreux, publicité électorale déguisée et payée avec notre argent, ils ne lisent pas ça et se demandent surtout à quel point c’est de la pollution inutile», conclut le candidat.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article