Publicité
3 septembre 2019 - 13:05

Louis Gagnon monte au front pour les agriculteurs

Après les promesses non tenues des Libéraux pour maintenir la Gestion de l’offre, Louis Gagnon, candidat du Bloc Québécois, s’engage à non seulement s’assurer qu’aucune autre brèche ne sera faite, mais également à obtenir les compensations promises.

«En 2005, c’est le Bloc qui a réussi à obtenir le consentement de la Chambre pour protéger la gestion de l’offre. La même chose est arrivée en 2009 et plus récemment en 2018, c’est à l’initiative du Bloc que la Chambre des Communes a demandé au gouvernement d’indemniser les producteurs», affirme Louis Gagnon.

«On est déçu des pertes, du sacrifice de notre marché au profit de l’Ontario, encore, mais maintenant le combat ce sera d’aller chercher les chèques et on va le faire. C’est une promesse ferme. On va remuer ciel et terre pour notre monde.»

«Quand le Québec était représenté par une forte délégation de députés bloquistes, nous avons signé des ententes avec 16 pays sans que la gestion de l’offre ne soit touchée. Dans les dernières années, avec des députés fédéraux qui représentent le Québec, qu’ils soient du NPD ou pire, du Parti conservateur, nous avons perdu beaucoup dans nos trois derniers traités et nos agriculteurs ont payé cher, trop cher. Il faut renverser la tendance et aller occuper une des 338 chaises à Ottawa avec un député qui parle pour nous et pas contre nous comme l’ont fait les conservateurs, le parti du député sortant Bernard Généreux, un allié de l’Alberta qui nuit grandement aux agriculteurs de chez nous», insiste le candidat bloquiste.

Louis Gagnon a grandi sur une ferme et il souligne bien comprendre bien les enjeux de ce milieu. Il souhaite que tous les agriculteurs et agricultrices du comté se rallient à son parti, au Bloc québécois, pour ainsi se remettre à faire des gains concrets.

«Je vais me battre bec et ongles pour les gens de chez nous et pour nos agriculteurs et nos agricultrices. Seul le Bloc le fera, les autres partis nous ont toujours trahis avec leur hypocrisie et leurs mensonges. Au Bloc, c’est clair : c’est le Québec d’abord, le Québec tout le temps», conclut le jeune homme originaire de Rivière-du-Loup.

 

Publicité

Commentez cet article