Publicité

30 janvier 2010 - 16:04

Deux jeunes artistes au Musée du Bas-Saint-Laurent

Rivière-du-Loup - Ce dimanche 31 janvier dès 14 h  s’amorce au Musée du Bas-Saint-Laurent une programmation riche en émotions avec le vernissage de deux expositions : « Loin de sa mer » du Louperivois François Gamache et « Phytophanies », de Luce Dumont. Ces deux expositions se poursuivront jusqu’au 14 mars 2010. 

Pour l'artiste de Rivière-du-Loup, François Gamache (photo), le Bas-Saint-Laurent ne doit pas être associé qu'à des paysages de bord de mer, des ballots de foin dans les champs lors de la moisson ou encore à des images de couchers de soleil...

À travers ses photographies numériques grand format, il souhaite faire découvrir ce qui retient son attention à travers un roadtrip bas-laurentien tout à fait personnel et poétique. Pour un artiste contemporain, quitter Montréal pour revenir vivre dans sa région natale signifie « être loin de sa mère ».

L'artiste a bénéficié de l'appui du Conseil des arts et des lettres du Québec, de la Conférence régionale des éluEs du Bas Saint-Laurent et de la Commission Jeunesse du Bas-Saint-Laurent pour ce projet. 

Luce Dumont

L’artiste de Saint-Fabien Luce Dumont s’intéresse à la disparition des espèces et des habitats, à la fragilité de l’être et du monde, et à la dualité de la vie et de la mort. Sur support translucide éveillé par les jeux de lumière, les oeuvres de Phytophanies donnent à voir des fragments végétaux qui, bien que morphologiquement exacts, sont associés à des marques abstraites pour faire surgir un univers marginal où l’objet botanique s’efface devant sa propre forme et dévoile le geste vital dont il est issu.

Parallèlement à ces deux expositions, il sera possible de découvrir l’exposition Mutineries tranquilles qui présente l’art des années cinquante au Québec à travers la collection du Musée.

L’exposition qui circule à travers le Canada depuis 2008 présente quelques-unes des pièces les plus évocatrices de cette période charnière de l’histoire de l’art au Québec. Mutineries tranquilles fait escale au Musée jusqu’en avril 2010.

Publicité


Publicité

Commentez cet article