Publicité

27 avril 2021 - 06:02

Incursion dans l’univers de la dragqueen Tante Gaby

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Le documentaire «Un métier comme un autre» portant sur Tante Gaby, une dragqueen bien connue des bars du Village à Montréal, est présenté dans trois festivals au cours du mois d’avril. Il permet de découvrir le quotidien du Pistolois d’origine, Pierre Lauzon, qui se glissait le soir venu dans la peau de Tante Gaby.

«Pierre était dragqueen pour gagner sa vie. Généralement, quand on pense à des dragqueens, on les imagine très féminines, sexy, aux allures de superstar. Tante Gaby était aux antipodes de ça. C’était une matante quétaine, une shootergirl», explique la réalisatrice rimouskoise Annick Roussy.

Cette dernière a illustré le choc entre le personnage de Tante Gaby et Pierre dans sa vie quotidienne. On peut le voir sortir de sa coquille dans les bars afin de divertir les clients. Toutefois, Tante Gaby faisait rarement de la scène, préférant travailler derrière le bar.

Ce film écrit et réalisé par Annick Roussy a été présenté au Festival du cinéma documentaire Vues sur mer de Gaspé. Le documentaire a remporté le prix coup de cœur du public au Pride Film Festival de Chicago le 12 avril dernier et il fait partie de la sélection officielle du Wicked Queer Boston’s LGBTQ+ Film Festival. Le film sera également présenté en juin prochain au Lake Travis Film Festival à Lakeway au Texas.

«Le documentaire permet de s’immiscer dans un milieu auquel nous n’avons pas vraiment accès hors de Montréal. C’est important pour nous que ce documentaire se rende en région pour montrer cette réalité sans jugement. Il porte sur un thème universel, soit le besoin d’amour et de reconnaissance», complète Mme Roussy.

Pierre Lauzon est décédé le 8 juin 2020 à l’âge de 57 ans d’un cancer agressif diagnostiqué quatre jours plus tôt. Son départ a causé un choc dans le milieu LGBTQ+ de Montréal. Le documentaire avait été présenté en première mondiale aux Rendez-vous Québec Cinéma le 5 mars 2020, soit trois mois avant sa mort. Il est devenu, un peu par la force des choses, un hommage à Tante Gaby.

Publicité


Publicité

Commentez cet article