Publicité

8 novembre 2020 - 17:04

Le Rendez-vous des Grandes Gueules : une 24e année hors de l’ordinaire

Le froid nous a rattrapés en vitesse et les jours raccourcissent, le calme est revenu dans le bureau des Compagnons de la mise en valeur du patrimoine vivant de Trois-Pistoles. C’est le moment de dresser le bilan du dernier festival du Rendez-vous des Grandes Gueules. Cette édition pirate a dû faire preuve de flexibilité et d’ingéniosité.

L’organisation estime avoir relevé le défi: tenir un festival en personne et le faire de manière sécuritaire pendant une pandémie mondiale. Pour y arriver, les Compagnons ont choisi de réaliser l’évènement principalement à l’extérieur et en deux moments lors des mois de septembre et octobre. En tout, neuf jours d’activités se sont déroulés à Trois-Pistoles et à quelques autres endroits du Bas-Saint-Laurent, 36 spectacles regroupant 41 artistes ont été offerts à un public avide et distancié.

Le Rendez-vous des Grandes Gueules est  un festival de contes et de récits de la francophonie ancré depuis maintenant 24 ans au cœur du Bas-Saint-Laurent. L’évènement se déploie habituellement en trois volets : une programmation à la Forge à Bérubé à Trois-Pistoles, des conteuses et conteurs qui s’épivardent aux quatre coins du Bas-Saint-Laurent, en débordant même un peu, et qui offrent de spectacles dans une douzaine de lieux, et finalement une panoplie de prestations intimistes conçues pour les groupes scolaires d’une dizaine d’écoles primaires et secondaires.

Le contexte de 2020 a quelque peu modifié la formule. Les spectacles pour les écoles n’ont pu être réalisés et le Rendez-vous s’épivarde s’en est tenu à cinq partenaires de diffusion seulement. Les conteuses et conteurs provenant de l’international n’ont pu participer, ni d’ailleurs les artistes des autres provinces. L’équipe d’organisation s’est emportée et a préparé toutes sortes d’alternatives offrant un festival aussi riche et enivrant qu’à l’habitude. Les mots se sont racontés en kayaks sur le fleuve, à la maison hantée de Notre-Dame-des-Neiges, au bord de la rivière Trois-Pistoles comme à l’orée des sculptures mystiques de Luc Malenfant, à la lueur du feu de joie, dans le décor sylvestre du parc Kiskotuk, au quai de Trois-Pistoles, au garage Viateur, devant l’ancienne tannerie, au cœur du marché public et dans la cour du Caveau. Bref, des décors grandioses ont bercé le festival et en ont presque rendue jalouse la Forge à Bérubé. Trente-deux artistes de la parole, 9 musiciens et une quarantaine de bénévoles ont participé à l’évènement cette année, divertissant près de 1 000 spectateurs lors du festival.

Les Compagnons de la mise en valeur du patrimoine vivant de Trois-Pistoles, l’organisme organisateur du festival, lance déjà l’invitation pour l’année prochaine! Contre les éléments s’il le faut, de la parole contée sera à l’honneur quelque part avant le 11 octobre 2021 dans le Bas-Saint-Laurent.

Publicité


Publicité

Commentez cet article