Publicité

17 août 2020 - 06:28

Le 12 aout : une journée d’exception pour la littérature québécoise

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

La journée du 12 aout a été particulièrement achalandée dans les librairies de la région à l’occasion de l’évènement «Le 12 aout, j’achète un livre québécois». Valérie Lavoie de la Librairie du Portage et Marie Dion de la librairie J.A. Boucher de Rivière-du-Loup sont catégoriques, l’impact de cette journée sur la consommation de littérature québécoise est indéniable.

«C’est un peu différent cette année, les gens savent ce qu’ils veulent et s’informent avant de venir. C’est une belle journée, c’est comme Noël et ça rayonne deux ou trois jours avant et après le 12 aout», explique Mme Lavoie. Elle estime que l’achalandage est environ le double d’une journée habituelle. Les achats de livres québécois étaient variés, la littérature pratique (comme les livres de cuisine) ou jeunesse étaient particulièrement populaires. La Librairie du Portage avait prévu le coup en vue du 12 aout. «On a fait la tournée des parutions les plus récentes pour s’assurer qu’on avait une bonne quantité de livres québécois en prévision de cette date […] Les gens sont fiers et contents d’encourager la littérature québécoise, ça se sent.» Ce succès s’est aussi répercuté sur le site transactionnel en ligne.

L’effervescence autour du 12 aout se fait sentir pendant quelques jours dans les deux librairies indépendantes de la région. «Beaucoup de monde ont répondu à l’appel. Les achats étaient variés […] On peut comparer cela à une très bonne journée du temps des Fêtes, c’est environ 50% de plus d’achalandage qu’à l’habitude en été. Cet évènement a un gros impact et il augmente d’année en année», commente la libraire Marie Dion de la Librairie J.A. Boucher. Des livres québécois pour enfants, le nouveau roman de Christine Brouillette et les livres des Éditions Alto se sont démarqués.

Situation toutefois différente à la Librairie Eusraka de Trois-Pistoles, la fréquentation des lieux n’a pas significativement augmenté, mais le propriétaire Francisco Bélanger confirme que des livres québécois ont été vendus le 12 aout. «Je n’ai pas remarqué de différence, il y a eu environ le même nombre de clients qu’à l’habitude. Quelques-uns ont fait l’achat de livres québécois, mais je ne pourrais pas confirmé que c’était directement en lien avec cet évènement», a-t-il commenté.

Sur la plateforme Web leslibraires.ca de la Coopérative des librairies indépendantes du Québec, le livre le plus vendu est «La mariée de corail : la deuxième enquête de Joaquin Moralès» de Roxane Bouchard. Le mouvement «Le 12 aout, j’achète un livre québécois» a vu le jour il y a sept ans, grâce à l’initiative des auteurs Patrice Cazeault et Amélie Dubé. Les participants étaient par ailleurs invités à partager sur les réseaux sociaux leurs achats effectués à leur librairie préférée, ce qui n’est pas étranger à ce succès partout dans la province.  

Publicité


Publicité

Commentez cet article