Publicité
20 janvier 2020 - 13:46 | Mis à jour : 22:20

Vues dans la tête de...

Identités et territoires mis en valeur par la cinéaste Myriam Verreault

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

La programmation du festival de cinéma Vues dans la tête de… de Rivière-du-Loup a été confiée pour cette 8e année à la cinéaste Myriam Verreault. Du 6 au 9 février, les cinéphiles pourront découvrir les artisans et leurs œuvres qui font partie de sa famille cinématographique.

Le film «Kuessipan» de Myriam Verreault, qui se taille une place de plus en plus grande dans le milieu du cinéma québécois, sera d’ailleurs projeté le samedi 8 février à 19 h 30 au cinéma Princesse de Rivière-du-Loup. Il s’agit de l’une des pièces maitresses de cette programmation. Cette projection sera suivie d’une discussion avec la réalisatrice et ses collaborateurs. De retour de deux festivals en Norvège et en Suède, elle visitera Rivière-du-Loup pendant quatre jours et présentera la programmation qu’elle a concoctée avec l’équipe du festival.

«Cette année, nous revenons vers notre cœur, vers notre territoire, nos identités et notre vérité à travers la fiction. Vous prendrez certainement plaisir à découvrir Myriam Verreault, une cinéaste avec du chien, qui est animée par l’authenticité et dont les œuvres sont teintées d’une grande humanité», a ajouté Laura Martin, membre du conseil d’administration de Vues dans la tête de…

Cette 8e année du festival de cinéma de Rivière-du-Loup, menée par la coordonnatrice Priscilla Winling, se déroulera sous les thèmes de l’attachement au territoire et des identités. La programmation débutera avec la projection du premier film de Mme Verreault, «À l’ouest de Pluton» à 19 h 30. «C’est une fierté pour notre ville et pour toute la région. C’est un rendez-vous culturel maintenant incontournable (…) S’il est né de la mobilisation des citoyens, des artistes et des organismes du milieu, on est forcé d’admettre que le festival a pris son envol et que ses bases sont très solides», a commenté la mairesse de la Ville de Rivière-du-Loup, Sylvie Vignet.

Le public pourra également assister à la projection du film «Antigone» de Sophie Desraspe à 13 h 30 le vendredi 7 février à l’École de musique Alain-Caron, suivie d’une discussion avec la comédienne Nahéma Ricci. Le concours de courts métrages du volet alternatif du festival «La tête à l’envers» terminera la soirée dès 22 h à la Maison de la culture.

Le volet Ville et villages en images sera aussi de retour le samedi 8 février à 9 h 30, sous le thème identités. Six courts métrages réalisés par des citoyens dans les MRC de Rivière-du-Loup, Témiscouata et Les Basques seront présentés au cinéma Princesse. La coordonnatrice du festival cette année, Priscilla Winling, a participé au concours Ville et villages en images, et il lui a permis de découvrir la ruralité et le territoire en tant que nouvelle arrivante au Québec. «Ça m’a aidée à poser mes valises et à prendre racine. Il y a tellement de choses à valoriser que le thème des identités m’apparaissait porteur pour parler à la fois de patrimoine, de culture, ou d’histoire. L’art n’est jamais aussi pertinent que quand c’est une voix qui est prise par les citoyens», a-t-elle complété.

Le dimanche 9 février dès 10 h, les familles seront servies, avec la projection gratuite du film «Opération beurre de pinotte» au cinéma Princesse. Le film documentaire «Innu nikammu, chanter la résistance» du réalisateur Kevin Bacon Hervieux terminera le festival de belle façon à 14 h. Diverses formations seront offertes aux étudiants de l’ÉMCV et à la population du 6 au 9 février. La programmation complète de l’évènement est disponible au www.vuesrdl.com.

Publicité


Publicité

Commentez cet article