Publicité
25 juin 2019 - 06:59

La quête de liberté de Paul-Émile Borduas au Musée du Bas-Saint-Laurent

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Le Musée du Bas-Saint-Laurent a procédé au vernissage de sa toute nouvelle exposition estivale le 20 juin, «La révolution Borduas : espaces et liberté», qui sera présentée jusqu’au 6 octobre. Les oeuvres témoignent de l’évolution de l’œuvre de l’artiste québécois Paul-Émile Borduas, de son apport à l’art abstrait et à la quête de liberté des artistes québécois.

«La préparation de l’exposition s’étale sur environ trois ans, dont deux ans de recherche intensive auprès des collectionneurs et des musées. C’était comme un détective qui faisait des enquêtes pour trouver les œuvres de Borduas», explique la commissaire de l’exposition, Anne Beauchemin.

Paul-Émile Borduas a été l’instigateur du Refus global, un manifeste publié en 1948 qui remettait en question la mainmise de l’Église catholique sur la société québécoise, et qui rejetait l’autorité établie. Il a été cosigné par 15 autres artistes faisant partie du mouvement automatiste, soit de la création artistique intuitive.

Le Musée du Bas-Saint-Laurent exposera des œuvres d’artistes du mouvement automatiste de sa collection, soit Jean-Paul Riopelle, Marcel Barbeau, Marcelle Ferron, Françoise Sullivan, Fernand Leduc, Jean-Paul Mouseau et Pierre Gauvreau.

La commissaire et son équipe ont aussi fait un important travail de recherche dans les archives du Fonds Borduas du Musée d’art contemporain de Montréal, où ils ont trouvé une série d’articles de journaux écrits après la publication de Refus global pendant environ un an. Les titres sont évocateurs du débat qui a pris place sur la place publique et de la vague de l’évolution artistique et sociale qui a ensuite déferlé au Québec.

On retrouve à travers cette exposition des photographies de Borduas prises en Gaspésie, ses œuvres qui témoignent de l’évolution de sa démarche artistique vers l’automatisme. «On voulait terminer l’exposition sur du positif. Les artistes qui lui rendent hommage montrent l’actualité de son œuvre et l’élan qu’il a donné dans le monde des arts», complète Mme Beauchemin.

L’exposition «La révolution Borduas : espaces et liberté» a été préparée dans le cadre du 70e anniversaire de Refus global. Elle est produite et mise en circulation par le Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul. Les espaces de création que l’artiste a explorés au cours de sa carrière, ainsi que la recherche de liberté perpétuelle qui devient fondamentale plus il avance dans son travail en sont les éléments porteurs.

La dernière exposition consacrée à l’œuvre de Borduas datait d’il y a une trentaine d’années. Paul-Émile Borduas est né le 1er novembre 1905 à Mont-Saint-Hilaire et est décédé le 22 février 1960 à Paris.

Publicité

Commentez cet article