Publicité
12 mai 2019 - 15:23

Journée nationale des patriotes à La Pocatière

Dans le cadre de la Journée nationale des patriotes, les résidents du Kamouraska, de la Côte-du-Sud et des environs sont invités à participer à un brunch des patriotes le dimanche 19 mai de 10 h à midi au café Azimut. À cette occasion, le cinéaste Samuel St-Pierre donnera une conférence intitulée «La québécitude dans l’œuvre de Pierre Perrault et Pierre Falardeau».

Le cinéaste tentera de montrer comment la «québécitude» s’incarne sur le plan artistique, et plus particulièrement dans le septième art québécois. Perrault et Falardeau, ces deux géants de la cinématographie québécoise disparus il y a 10 et 20 ans cette année et dont les œuvres feront résonner à jamais l’identité québécoise. Samuel St-Pierre proposera une incursion au cœur de l’œuvre de ces deux grands patriotes.

Samuel St-Pierre est cinéaste indépendant originaire de Sainte-Félicité-de-L’Islet. Diplômé en cinéma à l’Université de Montréal et en scénarisation cinématographique à l’UQÀM, il compte à son actif plusieurs sélections en festival de cinéma. La plus récente, en janvier 2019, est celle du Cinema on the bayou à Lafayette, en Louisiane. Inspiré par les œuvres de Perrault et de Falardeau, il s’intéresse particulièrement au documentaire dans l’optique d’un engagement politique. La plupart de ses films questionnent les notions d’identité collective et de territorialité, au Québec comme ailleurs. Cette semaine, il faisait d’ailleurs paraître dans Le Devoir un hommage émouvant à la suite du décès d’Hauris Lalancette, héros du film «C’était un Québécois en Bretagne, Madame !», de Perrault.

Un hommage sera aussi rendu à l’ex-premier ministre du Québec Bernard Landry, décédé en novembre 2018. On lui doit notamment le remplacement de la «Fête de Dollard» par la Journée nationale des patriotes en 2002.

Il est aussi possible d’assister à la conférence gratuite sans prendre le repas. Cette activité est rendue possible grâce à l’appui de la Société d’action nationale de Rivière-du-Loup et de la Société nationale de l’Est du Québec.

Publicité

Commentez cet article