Publicité

11 janvier 2022 - 06:59

COVID-19 : portrait des personnes hospitalisées au Bas-Saint-Laurent

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 5

En date du 10 janvier, 20 personnes, dont une aux soins intensifs, sont présentement hospitalisées dans les hôpitaux de Rimouski et de Rivière-du-Loup gérés par le CISSS du Bas-Saint-Laurent. Le doyen est âgé de 98 ans, et le plus jeune a 42 ans.

Présentement, 10 patients atteints de la COVID-19 se trouvent à l’hôpital de Rimouski, dont 1 aux soins intensifs, et 9 sont hospitalisés à l’unité chaude de Rivière-du-Loup. Le porte-parole du CISSS du Bas-Saint-Laurent, Gilles Turmel, ajoute que 13 hommes et 7 femmes font partie des personnes hospitalisées.

Les données ont varié légèrement au cours de la fin de semaine, mais selon le porte-parole, il est encore trop tôt pour parler d’un plateau. Quatre personnes sur 18 des patients n’ont pas reçu de dose du vaccin. Le statut vaccinal de deux personnes hospitalisées n’était pas disponible au moment d’écrire ces lignes. On compte donc 22 % des patients hospitalisés qui ne sont pas vaccinés, alors qu’environ 90 % de la population a reçu deux doses du vaccin contre la COVID-19 au Bas-Saint-Laurent.

Au cours des dernières semaines, le CISSS du Bas-Saint-Laurent avait pris en charge un patient de la région de Chaudière-Appalaches. M. Turmel confirme que seulement des Bas-Laurentiens sont hospitalisés dans les établissements du CISSS du Bas-Saint-Laurent. Les patients qui sont hospitalisés pour d’autres raisons de santé que la COVID-19, par exemple une femme enceinte à l’hôpital pour son accouchement, sont tout de même comptabilisés dans les données d’hospitalisations du CISSS.

Le site non-traditionnel de soins, situé dans l’ancien CHSLD de Saint-Antonin, accueille une douzaine de personnes atteintes de la COVID-19 qui terminent leur période isolement. «Ce sont des personnes qui ne seraient pas capables de respecter les consignes d’isolement dans leur milieu de vie parce qu’elles font de l’errance, par exemple. Elles sont assez en forme et n’ont plus besoin d’être hospitalisées», explique M. Turmel. Cette manière de procéder permet de libérer des lits dans les hôpitaux pour les personnes atteintes de la COVID-19 qui auraient besoin de soins plus critiques. Un autre site non traditionnel comptant une douzaine de places devrait être ouvert prochainement à Rimouski. 

 Le CISSS du Bas-Saint-Laurent se trouve toujours au palier d’alerte 3 concernant le délestage. Le ministère de la Santé et des Services sociaux lui demande de maintenir 50 % de ses activités de chirurgie. Le CISSS assure qu’il maintient plus de 50 % de ses activités en chirurgie.

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

5 réactionsCommentaire(s)
  • Pour répondre a m Landry aller voir l'article de la press qui mentionne qui c'est bon vacciné... Ensuite on s'en reparle......

    Mélanie ouellet - 2022-01-12 12:27
  • Pour expliquer la confusion compréhensible de Mme Mélanie Ouellet, il faut comprendre le paradoxe de Simpson qui peut expliquer des statistiques qui semblent aberrantes à première vue.
    Mais les dix pourcent de non-vaccinés contribuent en effet à environ cinquante pourcent des hospitalisations au Québec.

    Philip Landry - 2022-01-11 19:50
  • Le système de santé est à un niveau de délestage jamais vu, les patients Covid occupent jusqu'à 191% des lits prévus pour eux, on commence à choisir qui sera soigné et qui ne le sera pas. Le personnel soignant, ceux qui savent de quoi ils parlent et se sacrifient, tombe comme des mouches d'épuisement et du CovidDu jamais vu. Sans parler des conséquences catastrophiques aux niveaux économique et psycho-sociale.
    Malgré cela, il y a encore du déni et de l'aveuglement volontaire. La stupéfaction le dispute au découragement.

    Philip Landry - 2022-01-11 14:00
  • C'est bien d'avoir mentionné que 4 personnes non vacciné sont a l'hôpital...pour 22% donc resté 78% double vacciné... Est ce que vraiment les non vacciné qui engorge quotidiennement le système???? Ce questionné c'est y répondre.... Nous sommes en pandemie normal que nous avons des vacciné et non vacciné... Tout comme pour le cancer certain auront cancers poumon en étant fumeur et d'autre ne seront pas fumer et on ne les étiquettes pas pour autant. ...celui obèse qui prends pas soin de sa santé et qui encombrent a cause du diabète ou problème cardiaque ont l'étiquette pas et le classe pas appart tout comme celui qui développera des problème de coeur sans prédispositions ... Assez de mettre l'étiquette sur un tel et l'autre....

    Melanie ouellet - 2022-01-11 12:48
  • On est loin d'une pandémie, non?

    Yoann Palacio - 2022-01-11 09:14