Publicité

5 janvier 2022 - 12:30 | Mis à jour : 15:31

Le nombre d'hospitalisations grimpe à 25 au Bas-Saint-Laurent

Info Dimanche

Par Info Dimanche, [email protected]

Dans son plus récent bilan concernant l'évolution de la COVID-19, le CISSS du Bas-Saint-Laurent rapporte en ce 5 janvier une augmentation de huit hospitalisations, pour un total de 25 personnes hospitalisées atteintes de la COVID-19. Une personne se trouve présentement aux soins intensifs. 

On déplore aussi un décès supplémentaire, pour un total de 65 depuis mars 2020. La santé publique du Bas-Saint-Laurent confirme une augmentation de 345 nouveaux cas de COVID-19 depuis la veille. Selon l'Institut national de la santé publique du Québec, les données concernant le nombre de cas confirmés, le taux de positivité et le nombre de tests admissibles doivent être interprétées avec prudence en raison de l'introduction de tests de dépistage rapide dans la communauté depuis le 20 décembre. 

De plus, le 4 janvier, le gouvernement du Québec a annoncé que l'accès aux tests PCR en cliniques de dépistage sera réservé aux milieux plus à risque comme les hôpitaux, les CHSLD, les lieux d’hébergement collectif et les refuges pour des personnes en précarité résidentielle. Les personnes présentant des symptômes compatibles avec ceux de la COVID-19 pourront avoir accès aux tests rapides dans les pharmacies. Si elles ne peuvent s’en procurer, elles seront considérées comme étant atteintes du virus et devront suivre les consignes d’isolement, précise la santé publique.

» À lire aussi - COVID-19 : la période d’isolement passera de 10 à 5 jours au Québec

NOMBRE DE CAS PAR MRC (augmentation depuis la veille):

  • Kamouraska : 1094 (+34), dont 225 actifs
  • Rivière-du-Loup : 2357 (+68), dont 684 actifs
  • Témiscouata : 855 (+40), dont 332 actifs
  • Les Basques : 363 (+7), dont 84 actifs
  • Rimouski-Neigette : 2233 (+113), dont 872 actifs
  • La Mitis : 692 (+29), dont 292 actifs
  • La Matanie : 717 (+35), dont 308 actifs
  • La Matapédia : 830 (+14), dont 295 actifs
  • Bas-Saint-Laurent : 9 161 (+345) dont 3 142 cas actifs

Selon les données du CISSS du Bas-Saint-Laurent,  5 945 cas sont rétablis et 3142 cas sont présentement actifs dans la région.

Le 4 janvier, le porte-parole du CISSS du Bas-Saint-Laurent, Gilles Turmel, indiquait que 22 lits étaient attitrés aux personnes atteintes de la COVID-19. Au total, quatre lits de soins intensifs sont à la disposition des patients atteints de la COVID-19, et l’un d’entre eux est occupé.

Au cours des derniers jours, la capacité du Centre hospitalier régional du Grand-Portage de Rivière-du-Loup a été accrue à 16 lits pour les personnes atteintes de la COVID-19. Des lits ont aussi été ajoutés en «zone chaude» à l'hôpital de Rimouski.

Les 25 personnes sont donc hospitalisées à Rimouski et Rivière-du-Loup. Le CISSS du Bas-Saint-Laurent a demandé aux quatre autres centres hospitaliers du territoire, soit ceux de Notre-Dame-du-Lac, de La Pocatière, de Matane et d'Amqui de se préparer afin de pouvoir accueillir jusqu'à 3 patients positifs à la COVID-19 chacun. «Pour l'instant, ce n'est pas le cas, on ne déborde pas dans ces centres-là. Nous n'en sommes pas aux transferts de patients vers d'autres régions, nous allons déborder dans la nôtre en premier», ajoute M. Turmel. 

Il rappelle que les cibles du ministère de la Santé et des Services sociaux atteignaient jusqu'à 42 lits pour les personnes atteintes de la COVID-19 au Bas-Saint-Laurent lors des premières vagues de la pandémie. «Nous sommes capables, mais il va falloir couper ailleurs. Pour l'instant, on n'en est pas là», complète le porte-parole du CISSS du Bas-Saint-Laurent. L'organisation s'attend à voir une hausse des hospitalisations à la suite des rassemblements du temps des Fêtes. 

Le CISSS indique aussi être en mesure de maintenir un peu plus de 50 % de ses activités chirurgicales. «On se concentre sur ce qui est urgent, semi-urgent et sur les chirurgies d'un jour parce qu'elles ne nécessitent pas d'hospitalisations», précise Gilles Turmel du CISSS du Bas-Saint-Laurent. Certaines devront toutefois être annulées ou reportées en raison de la hausse importante de cas de COVID-19 dans la région. 

Publicité


Publicité

Commentez cet article