Publicité

8 avril 2021 - 11:40 | Mis à jour : 11:56

COVID-19: 26 nouveaux cas au Bas-Saint-Laurent

Info Dimanche

Par Info Dimanche, [email protected]

Alors que les régions de la Capitale Nationale et de Chaudière-Appalaches connaissent une flambée de cas de COVID-19, la tendance semble être à la baisse au Bas-Saint-Laurent alors que la Santé publique recense 26 nouveaux cas sur le territoire.

La MRC de Rivière-du-Loup enregistre le plus grand nombre avec 14 cas, suivi de la MRC de La Mitis avec 6 cas.  Suivent ensuite la MRC de Kamouraska et Rimouski-Neigette avec 2 cas chacune et des MRC de Témiscouata et des Basques avec un 1 cas chacune.

Les autorités déplorent toutefois un décès supplémentaire portant le total à 33 et voient le nombre d'hospitalisations en lien avec la COVID-19 à Rimouski grimper à 5. Soulignons que 2 de ces hospitalisations sont aux soins intensifs.

Il y a eu 1 486 tests de dépistage réalisés mercredi. Il y a 314 cas actifs sur tout le territoire bas-laurentien. Le nombre de cas de variants augmente de 36 et se situe maintenant 439.

Cas par MRC :
 
Kamouraska  355 (+2)
Rivière-du-Loup     654 (+14)
Témiscouata 154 (+1)
Les Basques 44 (+1)
Rimouski-Neigette  623 (+2)
La Mitis 103 (+6)
La Matanie 225
La Matapédia 59
Indéterminés 21
Bas-Saint-Laurent 2238

 

Les éclosions à la résidence à assistance continue (RAC) Jumelé Mitis de Mont-Joli et Unité pédiatrie/court séjour du Centre hospitalier du Grand-Portage de Rivière-du-Loup demeurent stables avec respectivement 11 et 9 cas. L'éclosion à l'usine Aliments Asta de Saint-Alexandre-de-Kamouraska: est elle aussi stable alors qu'aucun nouveau cas n'a été rapporté et se limite toujours à 14 travailleurs.

BILAN NATIONAL

Les plus récentes données sur l'évolution de la COVID–19, dans les 24 dernières heures, au Québec, font état de :

  • 1 609 nouveaux cas, pour un total de 321 411 personnes infectées; 
  • 299 241 personnes rétablies; 
  • 9 nouveaux décès – pour un total de 10 718 décès –, soit : 
    • 1 décès dans les 24 dernières heures, 
    • 7 décès entre le 1er et le 6 avril, 
    • 1 décès avant le 1er avril. 
  • 566 hospitalisations, soit une augmentation de 23 par rapport à la veille; 
  • 132 personnes aux soins intensifs, soit une augmentation de 9 par rapport à la veille; 
  • 45 901 prélèvements réalisés le 6 avril.

Vaccination

  • 47 769 doses de vaccin administrées dans les 24 dernières heures, pour un total de 1 685 046; 
  • 2 358 095 doses reçues au total; 
    • 71 600 doses supplémentaires d'AstraZeneca sont attendues demain. 
    • 159 940 des 339 600 doses de vaccins AstraZeneca reçues plus tôt cette semaine ont été livrées dans les régions. Les autres sont encore en transit.

L'Institut national d'excellence en santé et en services sociaux (INESSS) rend disponible aujourd'hui la plus récente mise à jour des deux rapports qu'il produit de manière hebdomadaire en soutien aux décideurs et aux gestionnaires du réseau de la santé et des services sociaux. 

Pour la semaine du 27 mars au 2 avril, il ressort du rapport sur les risques d'hospitalisation que :

  • Le nombre de nouveaux cas est en augmentation (+32%) pour une deuxième semaine consécutive (8 188 versus 6 200). Cette augmentation se concentre chez les personnes de moins de 70 ans, et en particulier chez les 18 à 39 ans (+47%) ; 
  • Par rapport à la semaine passée, le nombre de cas a fortement augmenté dans plusieurs régions du Québec. Toutefois, ce phénomène n'est pas observé à Montréal et dans les régions avoisinantes ; 
  • Le nombre d'hospitalisations anticipées augmente de 21% par rapport à la semaine précédente (305 versus 253). 54% de ces hospitalisations anticipées le sont pour des résidents de Montréal et des régions avoisinantes, alors que ce pourcentage était d'environ 80% de janvier à mars; 
  • On note une augmentation de 29% du nombre de cas qui nécessiteront un séjour aux soins intensifs (76 versus 59). Environ 70% de ces patients ont moins de 70 ans; 
  • Depuis quelques semaines, le profil des cas hospitalisés change de façon marquée. Alors que les patients de 70 ans et plus représentaient 60% des hospitalisations en janvier, leur proportion a baissé à 30%.

Quant au rapport sur les besoins hospitaliers, il met en lumière les éléments suivants :

  • Les projections reposent sur les données colligées jusqu'au 2 avril. Elles sont basées sur le taux de transmission de la dernière semaine et prennent en compte l'évolution anticipée des variants ainsi que la progression de la couverture vaccinale. L'impact des nouvelles restrictions dans certaines régions du Québec n'est cependant pas encore visible ; 
  • Pour le Québec dans son ensemble, les projections suggèrent une augmentation des nouvelles hospitalisations au cours des 2 à 3 prochaines semaines. La situation varie toutefois selon les régions: 
    • Pour Montréal et ses régions proches (zone 1), les projections suggèrent un maintien du taux actuel d'occupation des lits réguliers et de soins intensifs pour les 2 à 3 prochaines semaines. On ne prévoit pas de dépassement des capacités hospitalières au cours de cette période, même si le nombre de lits désignés pour les patients COVID-19 a été ajusté à la baisse pour l'ensemble du Québec afin de mieux refléter les capacités hospitalières. 30% des lits réguliers et près de la moitié des lits de soins intensifs désignés pour les patients COVID-19 sont présentement occupés ; 
    • Pour les autres régions (zone 2), le nombre d'hospitalisations projetées est en croissance, particulièrement dans certaines régions. L'augmentation projetée, combinée à la révision à la baisse du nombre de lits désignés COVID-19, réduit la marge de manœuvre de certains établissements. Bien que seulement 20% des lits réguliers et 30% des lits de soins intensifs désignés pour les patients COVID-19 soient présentement occupés, les projections suggèrent que les capacités hospitalières dédiées, particulièrement aux soins intensifs, pourraient être atteintes d'ici les 3 prochaines semaines. Ces projections pourraient toutefois surestimer l'occupation des lits puisqu'elles ne prennent pas en compte l'effet attendu des nouvelles restrictions dans les régions ciblées.

L'INESSS tient à souligner certaines limites en lien avec ces projections :

  • Une analyse rétrospective des projections suggère que les modèles sont généralement robustes, mais que leur précision diminue avec le temps. L'hypothèse d'un taux de transmission constant semble moins plausible au-delà de la troisième semaine ; 
  • Les projections sont particulièrement sensibles aux changements de tendance de l'épidémie. Lors du démarrage d'une nouvelle vague, comme cela semble être le cas présentement, les projections sous-estiment le nombre de lits occupés ; 
  • Tout délai dans la déclaration des nouvelles admissions hospitalières affecte les projections ; 
  • Bien que les modèles de projection intègrent désormais les effets anticipés de la vaccination, certains paramètres pourront être ajustés en fonction de nouvelles informations disponibles ; 
  • Rappelons qu'au-delà de la disponibilité des lits, d'autres facteurs influencent également la capacité hospitalière, notamment la disponibilité du personnel et du matériel.

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:

Les commentaires qui n'auront pas de nom et prénom ne seront pas publiés
Les pseudonymes ne sont pas acceptés





Nétiquette

infodimanche.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. Les commentaires anonymes, signés sous un pseudonyme et sans une adresse de courriel valide, ne seront pas publiés. Les commentaires négatifs feront l’objet d’une analyse sérieuse et d’une stricte modération. De plus, l'écriture phonétique, l’utilisation d’émoticônes - d’émojis et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, infodimanche.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.