Publicité

6 avril 2021 - 11:30 | Mis à jour : 13:31

COVID-19: 19 nouveaux cas au Bas-Saint-Laurent

Info Dimanche

Par Info Dimanche, [email protected]

Toutes les réactions 1

Le nombre de nouveaux cas de COVID-19 au Bas-Saint-Laurent a des allures de montagnes russes et les statistiques dévoilées ce mardi 6 avril n'y font pas exception alors que 19 cas s'ajoutent au bilan bas-laurentien, le plus faible bilan quotidien des dernières semaines. Lundi, 1 250 tests de dépistage ont été réalisés.

De son côté, le conseiller aux relations médias au CISSS du Bas-Saint-Laurent, Gilles Turmel, fait preuve de prudence et de retenue. «On ne parle pas de tendance à la baisse à ce moment-ci, nous devons attendre plusieurs jours. La tendance actuelle est d’une quarantaine de cas quotidiens», rappelle-t-il.

Ce dernier observe que le nombre de dépistage est aussi plus bas que la semaine dernière, une situation qui s’explique par le long congé pascal. À noter que la période de 12 jours des élèves dont les classes ont été touchées par des éclosions arrive aussi à termes.

Cas par MRC :
 
Kamouraska  347 (+5)
Rivière-du-Loup     629 (+10)
Témiscouata 154 (+2)
Les Basques 43
Rimouski-Neigette  615 (+1)
La Mitis 89 (+1)
La Matanie 225
La Matapédia 57
Indéterminés 22
Bas-Saint-Laurent 2181

 

Il y a 327 cas actifs sur tout le territoire du Bas-Saint-Laurent et 403 cas de variants, une hausse de 31. Les MRC de Rivière-du-Loup et de Kamouraska comptent respectivement 193 et 90 cas actifs à elles seules. La Santé publique recense maintenant 1 822 guérisons et 32 décès.

À noter que les données d'hospitalisations sont incomplètes puisque seules celles de Rimouski, avec 4, sont disponibles. Les hospitalisations hors de la région n'ont pas été dévoilées.

 

 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Pourquoi ça prend tant de temps à la Santé Publique de comprendre que les enseignants sont des vecteurs importants de contamination. Face à une classe en présentiel, ils ont le pouvoir de contaminer 30 élèves d'un seul coup. Sans compter qu'un enseignant malade doit laisser sa classe et être remplacé. Et ne me parlez pas encore de cette foutue distanciation inventée par Arruda. Quand on prêche devant une classe, nos virus voyagent allègrement sur des molécules de vapeur d'eau, peu importe qu'on gaspille du plexiglass pour séparer les élèves entre eux. Un jour, j'espère, on fera la lumière sur les nombreuses erreurs de compréhension d'une transmission virale entre les humains.

    gilbert blachon - 2021-04-06 16:56