Publicité

15 septembre 2020 - 16:17 | Mis à jour : 16:52

«Les gens doivent saisir le sérieux de la situation» - Dr Sylvain Leduc 

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 1

Alors que le nombre de cas positifs de COVID-19 continue de grimper au Bas-Saint-Laurent, le directeur régional de la santé publique, le Dr Sylvain Leduc, demande la collaboration des citoyens, notamment celles des jeunes, afin qu'ils respectent les consignes sanitaires en place. Il fait appel «aux bonnes habitudes» qui avaient permis à la région d'être l'une des meilleures au Québec, il y a quelques jours à peine.

Les autorités de santé publique du Bas-Saint-Laurent ont fait le point sur la hausse des cas positifs, ce mardi 15 septembre en fin de journée. La région est passé du vert (vigilance) au jaune (préalerte) comme prévu dans la journée de mardi, mais elle se rapproche maintenant surtout du palier d’alerte orange (alerte modérée).

Le Bas-Saint-Laurent est plus proche de la ligne orange que de la ligne verte, c’est pour ça qu’il faut donner un coup de barre dans les prochains jours, a souligné le Dr Sylvain Leduc.

Il mentionne que «trop de mauvaises habitudes ont été prises cet été» dans un contexte où, rappelle-t-il, le Québec était toujours en pandémie. «Je demande à toutes les personnes qui ont un diagnostic, et aux contacts proches identifiés, d'attendre et de rester en isolement. C'est crucial de collaborer avec la santé publique et respecter les isolements.»

«On a besoin de tout le monde pour éviter que la situation ne se dégrade davantage», a-t-il poursuivi. 

BEAUCOUP DE CONTACTS

La transmission du virus s'effectue rapidement. En quelques jours seulement, 120 cas actifs ont été recensés sur le territoire. Le directeur de la santé publique a expliqué que plusieurs personnes ayant reçu un diagnostic positif ont eu des contacts proches avec une vingtaine de personnes. 

«Les gens touchés ont vu beaucoup de monde, beaucoup de monde proche sans distanciation. C’est ça qui fait qu’on est dans une situation délicate», a-t-il déclaré, soulignant que les gens avaient abandonné, dans beaucoup de cas, la distanciation. «On a des exemple tous les jours», a-t-il dit. 

Le Dr Sylvain Leduc lance un appel à la vigilance et à la solidarité. Il demande l'aide de la population et particulièrement celle des jeunes pour freiner la progression du virus. 

Ces derniers jours, le médecin a regretté que des soirées soient toujours organisées dans la région et que certains jeunes ayant reçu un diagnostic positif continuent de sortir de la maison pour faire des courses, par exemple. 

«On essaye de leur faire comprendre par tous les moyens possibles, par la collaboration et l'éducation, mais il vient un moment où ce n'est pas assez. Il faut que les jeunes, et moins jeunes aussi, saisissent le sérieux de la situation dans laquelle notre région est au prise.»

Les autorités de santé publique ne cachent pas être en discussion avec les autorités municipales et les policiers de la Sûreté du Québec. 

«Si on ne se ressaisit pas, on va être obligés de prendre des mesures que personne veut revoir», a-t-il souligné, précisant qu'il y a plus de «négligents» que de «vrais récalcitrants». 

«C’est un ordre de la santé publique quand on dit de s’isoler. Si jamais des ordonnances légales étaient nécessaires pour faire respecter des isolements, on va le faire», a-t-il plus tard ajouté, mentionnant toutefois préférer la discussion et la persuasion. 

BEAUCOUP DE TESTS

Depuis dimanche, les équipes du CISSS du Bas-Saint-Laurent effectuent plus de 1000 tests par jour. C'est donc dire que beaucoup de personnes ont répondu à l'appel des autorités, une situation qui réjouit le directeur de la santé publique. 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:

Les pseudonymes ne sont pas acceptés





Nétiquette

infodimanche.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. Les commentaires anonymes, signés sous un pseudonyme et sans une adresse de courriel valide, ne seront pas publiés. Les commentaires négatifs feront l’objet d’une analyse sérieuse et d’une stricte modération. De plus, l'écriture phonétique, l’utilisation d’émoticônes - d’émojis et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, infodimanche.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • On peut penser que les jeunes ont pensé qu'il n'y avait pas de danger de fêter, afin de sortir de cette prison qu'est devenu le COVID-19. Aujourd'hui, je pense que la majorité des jeunes commencent à comprendre qu'ils ont un rôle à jouer pour mettre fin à cette pandémie qui touche particulièrement les aînées.

    André Mainguy - 2020-09-16 18:19