Publicité

11 septembre 2020 - 10:29 | Mis à jour : 16:32

COVID-19 : des dizaines de cas liés aux partys du Kamouraska

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Le nombre de nouveaux cas positifs de COVID-19 continue de s’accroitre rapidement au Bas-Saint-Laurent. En matinée, ce vendredi 11 septembre, le CISSS du Bas-Saint-Laurent rapportait au moins une quinzaine de cas supplémentaires liés aux soirées organisées pendant le congé de la fête du Travail au Kamouraska. 

Au moment d’écrire ces lignes, ce serait donc une quarantaine de personnes qui ont reçu un test positif en lien avec ces soirées festives privées et ce nombre est d’ailleurs porté à s’alourdir graduellement. Les autorités font déjà état d’une transmission secondaire dans la population, c’est-à-dire que des gens qui n’ont pas assisté aux événements sont atteints. 

La situation progresse actuellement à un tel rythme que le bilan du total de cas sur le territoire, qu'ont dévoilé les autorités de santé publique régionales à la mi-journée (de 100 à 109 cas), est forcément peu représentatif de la réalité. Depuis 18 h, moment où les données sont comptabilisées, plusieurs nouveaux cas ont été répertoriés. 

«Des cas se sont ajoutés pendant la soirée, la nuit dernière et ce matin», confirme Ariane Doucet-Michaud, responsable des communications pour le CISSS du Bas-Saint-Laurent. 

Sur le territoire, on compterait aujourd'hui une cinquantaine de cas actifs. Depuis le début de la pandémie, la région avait été épargnée par une telle éclosion. 

DÉPISTAGE

Vendredi, de nombreuses personnes attendaient aussi toujours l’occasion de passer un test de dépistage. Le CISSS du Bas-Saint-Laurent confirme avoir ajouté du personnel dans les cliniques, mais aussi au téléphone afin de répondre aux nombreuses demandes sur la ligne téléphonique. 

Les autorités de santé publique rappellent qu’il est préférable de prendre rendez-vous par téléphone, plutôt que de se présenter à une clinique. «Cette façon de faire permet d’éviter les attroupements et d’éviter une contamination», a mentionné Mme Doucet-Michaud. Le temps d’attente, à certains endroits, pourrait atteindre 2 h. 

Par ailleurs, le CISSS demande aux personnes souhaitant prendre rendez-vous téléphonique de faire preuve de patience et de laisser, au besoin, qu’un seul message sur la boite vocale. Un retour d’appel peut prendre jusqu’à 24 h, mais «tout le monde sera rappelé», assure-t-on. 

Pour l’instant, on ne rapporte aucune hospitalisation liée à l’éclosion au Kamouraska. Le directeur de la santé publique au Bas-Saint-Laurent, le Dr Sylvain Leduc, se dit toutefois préoccupé. Il craint que le virus atteigne des milieux plus à risque comme des résidences pour aînés. 

Jeudi, le CISSS a annoncé avoir rehaussé toutes ses mesures de prévention et de précaution, notamment dans les territoires de Kamouraska et Rivière-du-Loup. 

«On va être beaucoup plus sévères pour les visites qui vont se faire dans nos installations. On va surveiller les symptômes de façon très serrée. Ce qu’on veut faire, c’est protéger nos clientèles vulnérables», a mentionné le Dr Leduc.

Selon toute vraisemblance, la région passera bientôt du vert au jaune, soit de la «vigilance» à la «préalerte», en vertu du nouveau système d’alertes régionales. Une annonce pourrait être effectuée à cet égard en début de semaine prochaine. 

APPEL À LA VIGILANCE 

En fin de journée, dans un communiqué de presse envoyé par le CISSS, le Dr Sylvain Leduc a demandé à la population de l’ensemble du Bas-Saint-Laurent de rehausser le degré de vigilance. 

«Les derniers jours nous rappellent d’une manière non équivoque que le virus est là et qu’il circule. La situation épidémiologique évolue très rapidement», soutient Dr Leduc.

«Au cours des derniers jours, nous avons malheureusement recensé de nombreux nouveaux cas, dont la majorité sont reliés à l’éclosion du Kamouraska et de Rivière-du-Loup. Avec le retour en classe et au travail ainsi qu’avec la tenue de certaines activités issues d’initiatives individuelles regroupant un nombre beaucoup trop élevé de personnes, comme ce fut le cas au cours des dernières semaines, toutes les conditions sont malheureusement réunies pour permettre au virus de circuler encore davantage et d’infecter de nouvelles personnes, dont des personnes vulnérables. Il est important que la population collabore, évite les rassemblements et porte une attention scrupuleuse au respect des consignes de santé publique. Après des mois d’accalmie, le Bas-Saint-Laurent vit actuellement les effets d’une éclosion majeure qui a des répercussions dans plusieurs de nos MRC. Mais ce défi est surmontable dans la mesure où tout le monde adopte des comportements responsables.»

Dr Leduc demande également aux personnes qui croient avoir été exposées au virus de se faire tester rapidement et de se mettre en isolement dans l’attente de leur résultat.

Pour limiter autant que possible la propagation du coronavirus, les mesures suivantes sont toujours recommandées :

  • se laver fréquemment les mains avec de l'eau et du savon, durant 20 secondes, particulièrement lorsqu'on arrive de l'extérieur;
  • se désinfecter les mains avec une solution à base d'alcool si l'on n'a pas accès à de l'eau ni à du savon;
  • pour tout rassemblement dans un lieu privé intérieur ou extérieur, respecter le maximum de 10 personnes. Il est fortement recommandé que celles-ci soient issues d'un maximum de 3 adresses différentes;
  • limiter autant que possible ses déplacements.

Notons que le port du couvre-visage est dorénavant obligatoire pour les personnes de 10 ans et plus, dans la plupart des lieux publics fermés ou partiellement couverts ainsi que dans les transports en commun.

S'il y a apparition de symptômes, il est toujours essentiel :

  • de s'isoler;
  • de tousser à l'intérieur de son coude;
  • de jeter ses mouchoirs immédiatement après leur utilisation et de se laver les mains par la suite;
  • de consulter le Guide autosoins ou d'appeler la ligne 1 877 644-4545 (ou le numéro correspondant à la région concernée) pour connaître les mesures à prendre.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article