Publicité

24 juillet 2020 - 16:36

Fermeture du camp de jour de Saint-Arsène : la prudence prévaut

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Deux jours après la fermeture préventive du camp de jour de Saint-Arsène, la Direction de la santé publique du Bas-Saint-Laurent indique que les responsables ont été vigilants et responsables dans leur gestion de la situation. Mercredi, cinq enfants auraient ressenti des symptômes s’apparentant à un rhume et pouvant apparaitre en lien avec la COVID-19.

«On ne peut pas prendre cette situation à la légère. Cinq enfants ont dit avoir ressenti des symptômes comme un mal de gorge, alors le responsable du camp de jour a pris la décision d’isoler ces jeunes et d’aviser la Direction de la santé publique», explique le maire de Saint-Arsène, Mario Lebel.

Le camp de jour de Saint-Arsène a été fermé jeudi et vendredi afin de permettre la désinfection des lieux et d'apporter quelques ajustements. M. Lebel dit appuyer la décision du responsable du camp de jour, qui a fait preuve de prudence. Si tout se passe bien et qu’aucun cas positif de COVID-19 n’est répertorié, la réouverture du camp de jour devrait avoir lieu lundi prochain. «Ça nous amène à réfléchir à ce qui va se passer lors de la prochaine rentrée scolaire, si des enfants ressentent des symptômes», a soulevé M. Lebel.

La médecin-conseil à la Direction de la santé publique du Bas-Saint-Laurent, Dre Joanne Aubé-Maurice précise qu’un membre du personnel du camp de jour a passé un test de dépistage de la COVID-19 et a reçu un résultat négatif. «Nous avons eu l’information que cinq enfants avaient ressenti quelques symptômes s’apparentant à un rhume. Les jeunes ont été exclus du camp de jour et les parents ont été invités à contacter la ligne Info-COVID. Selon les informations obtenues, le risque était extrêmement faible qu’ils soient atteints de la COVID-19.»

Une période d’isolement de 24 heures après la fin des symptômes a été recommandée pour ces enfants. «Il y a peut-être eu plus de peur que de mal, mais le camp de jour a été vigilant. Il a décidé de fermer mais il n’était pas dans l’obligation de le faire. Pour cette organisation, c’était la meilleure façon de gérer la situation et c’était leur prérogative», ajoute Dre Aubé-Maurice. La Direction de la santé publique du Bas-Saint-Laurent souligne qu’elle assure un soutien constant pour ne pas laisser persister un risque au camp de jour de Saint-Arsène.

Dre Aubé-Maurice souligne que les guides destinés au milieu scolaire seront appelés à évoluer eux aussi au fur et à mesure que la connaissance de ce virus se précise. Elle rappelle que si le bilan lié à la COVID-19 au Bas-Saint-Laurent est aussi positif, c’est grâce à la population qui est respectueuse des mesures de prévention en place telles que la distanciation sociale, le lavage des mains, l’isolement volontaire et le port du couvre-visage, notamment.

Publicité


Publicité

Commentez cet article