Publicité

19 juin 2020 - 11:47 | Mis à jour : 12:21

Trois nouveaux cas de COVID-19 au Bas-Saint-Laurent

Info Dimanche

Par Info Dimanche, [email protected]

Toutes les réactions 4

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent rapporte trois nouveaux cas positifs de COVID-19, dont 2 se trouvent à Rimouski et 1 à Rivière-du-Loup, le 19 juin. Pour la première fois depuis le début de la pandémie, le virus est entré dans une résidence pour personnes âgées, le Havre de l'Estuaire, située à Rimouski. 

Le bilan pour la région passe donc de 49 à 52 cas positifs. Le directeur de la santé publique du CISSS, le Dr Sylvain Leduc, soutient que la situation est sous contrôle. Les cas ont été identifiés lors du dépistage massif préventif auprès des employés de certaines ressources d'hébergement communautaires au Bas-Saint-Laurent. 

Les deux personnes étaient asymptomatiques et sont retirées du travail, tout comme leurs contacts «étroits». Les enquêtes épidémiologiques sont déjà en cours.

«Pour le moment, nous jugeons que le risque infectieux chez les deux cas est faible. Nous procédons tout de même, de façon préventive, au dépistage de l’ensemble des résidents du Havre afin d’éliminer tout doute quant à une possible transmission de la COVID-19 dans la résidence», explique le Dr Leduc.

La collaboration des résidents et de leurs proches est demandée afin de respecter les mesures de précaution permettant de limiter la propagation du virus. Le CISSS du Bas-Saint-Laurent précise que les employés de la résidence appliquent avec rigueur les mesures de prévention et portent les équipements de protection individuelle requis. La résidence compte 417 résidents et 64 employés.

CAS PAR MRC AU BAS-SAINT-LAURENT : 

  • La Matapédia : moins de 5
  • La Matanie : moins de 5
  • La Mitis : moins de 5
  • Rimouski-Neigette : 12 (+2)
  • Les Basques : moins de 5
  • Rivière-du-Loup : 26 (+1) 
  • Témiscouata : 6
  • Kamouraska : moins de 5
  • Bas-Saint-Laurent : 52

À noter qu'on ne dénombre aucune hospitalisation en lien avec la COVID-19 au Bas-Saint-Laurent. Deux personnes ont perdu la vie en lien avec ce virus dans la région depuis le début de la crise. Quarante-six personnes sont considérées comme guéries. 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

4 réactionsCommentaire(s)
  • je crois que nous ne comprenons pas tous la même chose.
    Pendant 8 semaines, Arruda a fait des simagrès à la télé en se touchant le nez, les joues la bouches etc...et dit que le port du masque était un moyen de contamination...René a dû en manquer des bouts pour dire qu'arruda est pour le masque. Il est pour 2M, et le lavage des mains car il n'a jamais compris que le danger venait de la respiration. C'est pourquoi on peut dire qu'il est un scientifique incomplet...il n'est pas allé à l'origine du problème comme on doit le faire dans toute démarche scientifique. Ce que dit Mme Jean est très exactement ce que j'ai écrit il y a 2 mois au sujet du condom...car le masque est un préservatif contre le virus comme le condom est un préservatif contre le sperme. Il faut toujours attaquer un problème le plus près possible de sa source, et lâchez-moi avec votre politique....il ne s'agit ici que de santé publique et Mr Legault ne se fit qu'aux dires d'Arruda pour prendre sa décision .Tout ce que dit Arruda, legault le fera...ça aussi il l'a dit à la télé...Ou etiez-vous Mr Lapointe les 8 permieres semaines, quand Arruda disait...le masque c'est dangereux, je déconseille de le porter

    gilbert blachon - 2020-06-21 14:58
  • Premièrement ce n'est pas au Dr Arruda d'imposer ou de ne pas imposer, c'est au gouvernement de le faire par une loi. Deuxièmement Arruda n'est pas contre le masque ''il est contre le fait de L'IMPOSER''. C'est cet acharnement de Blachon qui est dégeu. Vous deux, dites moi quand il a dit qui'il était contre le port du couvre visage.
    Ouvrez-vous les yeux et laissez votre partisanerie libérale de coté et réalisez ceci: Si le masque était imposé, il le serait par une loi gouvernementale. Si une telle loi existait comme celle de la distanciation sociale et que les gens ne la respectait pas comme ce fut le cas, les autorités policières auraient le droit d'émettre de contraventions comme ce fut le cas pour la distanciation. Cà fait que 90% de la population serait en faute.
    Il y a une loi qui dit que si tu ne fais pas ton ''STOP'' au coin de la rue tu es en infraction, hé bien ce serait la même maudite chose pour cette loi. Réveillez-vous

    René Lapointe - 2020-06-21 05:46
  • Parfaitement d'accord avec mr. Blachon. Nous aurions du porter le masque dès le début. je ne comprends pas l'entêtement d'Aruda .. C,est comme dire à un ado : ne t'en fait pas , tu n'as pas besoin de condom, lave tes mains avant et après et cela va bien aller. Le virus loge dans les voies respiratoires, et se propage dans les gouttelettes . Le masque devrait être notre premier moyen de protection. Je suis très déçue de leur décision de ne pas imposer le masque dans les endroits publics. Il y a beaucoup d'études qui démontrent l'efficacité du masque..est-ce qu'il les lit..

    florence jean - 2020-06-20 17:41
  • Non, c'est pas fini, c'est rien qu'un nouveau début. Le Dr Arruda a toujours négligé les asymptomatiques qui sont de 20 à 45 % des cas positifs. Combien de pèlerins ont été floués par les si belles paroles du Dr Arruda qui a déconseillé le masque pendant 8 semaines, provocant ainsi de nombreux foyers d'infections qui auraient dû être évité si nous avions eu un DSP compétent. Il refuse encore d'obliger le masque, et prononce ces paroles incroyables pour quelqu'un qui a toujours été contre le masque : `` Je préfère que les gens comprennent par eux même l'importance du masque plutôt que le leur imposer:: On appelle ça parler des deux côtés de la bouche. Ne portez pas le masque, vous pouvez vous contaminer en y touchant...mais soyez convaincus que le port du masque est important, ainsi, on n'aura pas à l'imposer...De qui cet homme se moque-t-il ? De lui même ou des Québécois qui ont bu ses paroles erronées ?
    Il faudra bien, un jour proche, qu'il rende des comptes sur ses erreurs. Et pour un DSP ça veut dire un procès douloureux.

    gilbert blachon - 2020-06-19 17:53