Publicité

5 mai 2020 - 13:22 | Mis à jour : 16:28

Assouplissement des mesures de confinement dans les résidences pour ainés

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

Le premier ministre du Québec François Legault a annoncé le 5 mai que plus de visites dans les établissements de soins de longue durée seront permises pour les proches aidants significatifs dès le 11 mai et les mesures seront aussi assouplies afin que les personnes en résidence privée pour ainés et les ainés autonomes puissent retrouver un peu de liberté et prendre l’air.

«En voulant protéger nos aînés qui vivent dans des résidences, on leur a enlevé aussi beaucoup de liberté de mouvement. On les a coupés de leurs proches. Il fallait le faire, mais l'heure est venue d'assouplir graduellement les règles pour leur redonner une vie plus normale et pour amoindrir une détresse psychologique qui est en train de s'installer», a déclaré la ministre responsable des Ainés et des Proches aidants, Marguerite Blais. 

Dès aujourd'hui, l'obligation de superviser les marches extérieures pour les personnes demeurant dans des résidences privées pour ainés (RPA) est levée. Il sera possible de rencontrer un résident de ces milieux de vie à l'extérieur en respectant le deux mètres de distance physique. Le directeur national de la santé publique, Dr Horacio Arruda, indique que les établissements seront invités à organiser des horaires de visites. 

«Le confinement entraîne, particulièrement chez les personnes âgées, une sous-stimulation, et l'isolation entraîne, au-delà des pertes cognitives ou musculaires, beaucoup de stress, beaucoup d'anxiété et même de la peur», a commenté M. Arruda. Ce dernier est d'avis qu'il est temps d'assouplir les mesures de confinement puisque les personnes ainés doivent maintenir leurs acquis et leur indépendance. Les rassemblements demeurent toujours interdits, mais il s'agit d'un premier pas vers le retour à la vie normale. Les personnes âgées autonomes demeurant encore chez elles auront ont désormais l'autorisation de prendre une marche à l'extérieur, elles aussi. Les mêmes mesures s'appliquent pour tous dès maintenant. 

Divers critères devront toutefois être respectés, tout en suivant le mot d'ordre de la prudence. «Il ne devra pas y avoir de cas de COVID-19 dans la résidence où vous êtes, que ça se déroule dans le respect des règles sanitaires, en respectant la distanciation physique de deux mètres, pratiquer une bonne hygiène des mains et porter un couvre-visage dans les lieux publics», ajoute le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda. En ce moment, les impacts sur la santé physique et mentale du confinement sont trop grands pour garder le statut quo. 

«Marguerite et moi, on ne trouve pas ça humain que, pendant deux mois, une personne n'ait pas pu voir ses enfants. Ça n'a comme pas de bon sens. Je comprends la raison pourquoi on fait ça, on veut éviter la propagation du virus, donc on veut protéger la santé physique. Mais il ne faut pas protéger la santé physique au détriment de la santé mentale», a souligné le premier ministre du Québec, François Legault. 

Dès le 11 mai, des mesures spécifiques seront prises afin de permettre aux personnes âgées de 70 ans et plus d'accéder aux commerces essentiels tels que les épiceries et les pharmacies et des plages horaires spécifiques leur seront réservées afin de réduire les risques d'attraper la COVID-19. 

PROCHES AIDANTS 

À partir du 11 mai, sous réserve du respect de conditions spécifiques, une personne proche aidante significative, soit celle qui était déjà présente sur une base régulière avant la pandémie, pourra apporter du soutien à une personne tant en centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) qu’en ressource intermédiaire et de type familial (RI-RTF) ou en résidence privée pour aînés (RPA). «On change le paradigme. Avant, les proches aidants étaient admis en cas exceptionnels. Maintenant, il faudrait que ce soit exceptionnel pour qu’ils ne soient pas admis.»

Elles devront notamment porter le masque de procédure en tout temps, respecter rigoureusement l’hygiène des mains . surveiller attentivement leurs symptômes, subir un test de dépistage avant leur première visite dans un milieu n’ayant pas de personnes atteintes de COVID-19, et aussi souvent que nécessaire. 

SOINS PALLIATIFS

«Certaines personnes partent sans voir leur famille une dernière fois, elles ne peuvent pas faire leurs adieux en fin de vie. Nous allons lever l'interdiction des visites dans les unités de soins palliatifs des milieux de vie, peu importe le caractère imminent ou non de la fin de vie», a précisé la ministre responsable des Ainés et des Proches aidants, Marguerite Blais. 

Trois personnes au maximum par période de 24 heures seront autorisées pour les visites, une à deux personnes significatives à la fois. Des mesures de protection et de prévention des infections seront également mises en place et le visiteur devra respecter plusieurs consignes.

BILAN PROVINCIAL

En date du 5 mai, on déplore 118 nouveaux décès, pour un total de 2 398 dans la province. On compte maintenant  33 417 cas confirmés de COVID-19 au Québec, une augmentation de 794 par rapport à la veille. Selon les données compilées par l’Institut national de la santé publique du Québec, on compte aussi 1 821 personnes hospitalisées, une augmentation de 49 en 24 heures, dont 218 se trouvent aux soins intensifs, soit le même nombre depuis deux jours.

MANQUE DE PERSONNEL

Pour le premier ministre du Québec François Legault, le principal problème pour le moment est le manque de personnel à temps plein. Maintenant 11 200 personnes sont absentes du réseau de la santé soit parce qu’elles sont infectées, à risque de l’être ou encore elles ont peur. «Ça met une pression énorme sur l’ensemble du réseau. Il faut ajouter que beaucoup de personnes sont présentes, mais pas à temps plein», précise M. Legault. Ce dernier a aussi lancé un appel aux personnes qui n’ont pas nécessairement de qualifications pour aider dans les CHSLD.

Il a aussi annoncé avoir donné le mandat au Conseil du Trésor d’élaborer de nouvelles primes pour convaincre plus d’employés de travailler à temps plein dans le réseau de la santé, afin d’assurer une stabilité du personnel. Ces nouvelles primes devraient être annoncées demain.

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Un peu de soleil afin de panser quelques peux les plaies d’un génocide.

    Marcel Lemieux - 2020-05-06 06:58