Publicité

4 mai 2020 - 13:20 | Mis à jour : 13:43

Le Québec passe la barre des 32 000 cas de COVID-19

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

On dénombre maintenant 32 623 cas de COVID-19 au Québec, une hausse de 758 par rapport à la veille. Le premier ministre du Québec François Legault a annoncé le 4 mai que 75 nouveaux décès ont été constatés, pour un total de 2 280 dans la province. Ces derniers continuent d’être très concentrés dans les centres de soins de longue durée, soit 72 sur 75.

On note aussi 1 772 hospitalisations, une augmentation de 18, dont 218 se trouvent aux soins intensifs, une situation stable. M. Legault a ajouté que la plupart des postes disponibles dans le réseau de la santé ont été comblés. Toutefois, certains employés sont fatigués puisqu’ils travaillent depuis le début de la pandémie à temps plein. Le premier ministre a lancé un appel aux personnes intéressées à travailler à temps plein à s’inscrire au site Je contribue pour donner un répit aux équipes en place. Présentement, 11 000 employés sont absents dans l'ensemble du réseau de la santé. 

Au début de la crise, 7 000 lits ont été libérés dans les hôpitaux du Québec. En raison du peu de marge de manœuvre pour le déconfinement à Montréal et de la disponibilité des lits, l’ouverture des commerces a été reportée d’une semaine, passant du 11 au 18 mai. D’après M. Legault, la situation est sous contrôle dans le reste du Québec, à l’extérieur du Grand Montréal. Il a par ailleurs souligné que les régions bénéficient d’une bonne marge de manœuvre dans les hôpitaux pour procéder aux premières étapes du déconfinement.

RETOUR À L’ÉCOLE

L’ouverture des écoles est toujours prévue pour lundi prochain dans le reste du Québec. «Je sais que ça demande beaucoup de travail et que ça soulève beaucoup de questions. Ça ne sera pas parfait la première journée. Il faut redessiner l’organisation, limiter le nombre d’enfants dans chaque classe. Je compte sur la débrouillardise des Québécois pour s’ajuster et être capable que cette rentrée se passe le mieux possible», a commenté le premier ministre François Legault.

Il ajoute que c’est la première fois au Québec qu’on procède à une réouverture des écoles et des garderies en pandémie. «Je suis conscient que certains enseignants sont inquiets et devraient pouvoir porter un couvre-visage. La santé publique ne pense pas que c’est nécessaire mais cela ne peut pas nuire. L’important c’est que tout le monde se sente à l’aise dans cette réouverture», a complété M. Legault. Des discussions à l’effet que des masques pourraient être fournis aux enseignants sont présentement en cours.

Ce dernier rappelle que les gens qui passeront d’une région à l’autre devront respecter les deux mètres de distance et observer les différentes mesures de santé publique déjà mises en place par le gouvernement.

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • À 5 ans j’ai reçu un diagnostic de primo infection asymptomatique à la tuberculose, c'est-à-dire le stade où mes anti corps ont tout de suite vaincu la bactérie. L’avantage : je suis immunisé à vie. L’inconvénient : des séquelles invalidantes à vie à un poumon. Quel rapprochement avec le covid-19 ? Les statisticiens prétendent que 250 000 à 300 000 personnes seront positives au virus au Québec. Nombreux seront des asymptomatiques. Ils seront contagieux sans être trop malades comme je l’ai été. Or, on sait que pour être testé, il faut avoir des symptômes. Oui, je sais, il n’est pas pensable actuellement de tester tout le monde, surtout qu’il faudrait les re-tester un peu plus tard. On aura donc plusieurs milliers de personnes sans symptômes et contagieuses qui seront ``lächées loose`` à travers le bon peuple comme des chevaux de Troie. Et c’est ceux-là qu’il nous faudrait impérativement identifier, car ils se baladent dans la nature en électrons libres et causent le mal sans crainte de se faire mettre en quarantaine. La solution tient dans la théorie des ensembles : les contaminés contagieux asymptomatiques doivent entrer dans l’ensemble des dangers potentiels qui doivent porter un masque. Mais puisqu’on ne peut les séparer de la masse, il faut que la masse totale des individus soit considérée comme contaminante, ce qui inclura les asymptomatiques. Déduction : tout le monde doit porter le masque en publique, pour une période pouvant aller jusqu’à l’extinction du virus. C’est le prix à payer pour le laxisme dont nous avons fait preuve au début de la pandémie. Huit millions de masques pour 4 semaines coûtent moins cher que seize millions de tests, des milliers de plexiglas, des fermetures injustifiées de commerces, de faillites, d’enterrements en catimini, Actuellement, des centaines de cas échappent à tout contrôle à cause du fait qu’ils sont sans symptôme, mais assez dangereux pour infecter autrui, car Mr Arruda déconseille le masque depuis le début, il dit que c’est une façon de s’infecter en le touchant ???? Et que le virus a un GPS qui le bloque dès qu’il franchit 2 mètres. Qui saura jamais combien d’éclosions ont eu lieu à cause de ces asymptomatiques à qui on a déconseillé le masque ? Et donc combien de morts auraient pu être évités. Je le répète encore, le masque est un préservatif contre la dissémination du virus. Le seul véritable et premier écran pour contrer sa sortie. En ne le rendant pas obligatoire, on permet aux asymptomatiques de semer à tout vent. Hong Kong a 8 millions d’habitants comme le Québec. 100% portent le masque, rien n’a été fermé, il ya eu 4 morts depuis 2 mois contre 1300 au Québec. Cherchez l’erreur ! Personne ne m’empêchera de porter un masque en public, car avec ma scissurite au poumon, je suis en danger de mort en cas de contamination au covid. On ne doit surtout pas mettre le blâme de ces décisions sur Mr Legault et Mme McCann. Je dirais qu’ils avaient un très mauvais coach. Les décisions sont le fruit de l’entêtement du Dr Arruda qui voulant être le seul capitaine à bord. Il a foncé droit dans l’iceberg car il a été sourd aux avertissements des spécialistes. Une étude se tient actuellement à l’université Laval sur une théorie que je défends depuis 6 semaines, le voyage des bioaérosols dont les virus dans l’air ambiant. J’ai hâte aux résultats dans 3 semaines. En attendant, ayons l’esprit ouvert, sous un visage couvert.

    gilbert blachon - 2020-05-04 18:21