Publicité

28 avril 2020 - 09:21 | Mis à jour : 11:00

Les rassemblements sont toujours interdits, rappelle Québec 

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 7

L’arrivée du soleil, de même que la réouverture prochaine des écoles et le redémarrage de l’économie, poussent l’envie de se rassembler, de sortir et d’être ensemble. Mais le déconfinement ne signifie pas que les rassemblements sont permis. «Ce n’est pas le temps de se faire des hugs», a imagé le Dr Horacio Arruda, lundi. 

Le Directeur national de la santé publique a envoyé un message clair lors du point de presse quotidien. Malgré les tentations multiples, il n’est pas encore temps de se rencontrer en famille ou entre amis et «l’interdiction de rassemblement tient toujours». 

Si cette consigne n’était pas respectée, cela pourrait nuire aux nombreux efforts réalisés ces dernières semaines et pousser les autorités à sévir. 

«Malgré le déconfinement, la population à risque demeure à risque. C'est important de continuer à suivre les prescriptions. Ce que ça veut dire, c'est qu'on ne voudra pas de rassemblement des gens à l'extérieur. Ça ne sera pas encore le temps de faire des partys ou des repas de famille avec des personnes âgées, a expliqué le Dr Arruda. C'est plate, on aimerait bien, mais on ne peut pas se permettre que les gens interprètent que le déconfinement des garderies, de l'école, de certains secteurs d'activité veuille dire : tout le monde est déconfiné, puis on repart à zéro comme si de rien n'était.»

La Direction nationale de santé publique est bien consciente, a-t-on assuré, que l’arrivée du beau temps ne donne pas envie de rester confiné à la maison, mais c’est nécessaire pour le moment. «Il va falloir le faire encore, parce que, sinon, notre opération graduelle ou progressive va être annulée par des mouvements de population qui ne doivent pas avoir lieu actuellement.»

«N'interprétez pas que, parce qu'on ouvre les écoles ou tel secteur d'activité au Bas-Saint-Laurent ou ailleurs que tout le monde peut se mettre à circuler n'importe où, et particulièrement dans la zone où il y a de la transmission active, dans la grande région de Montréal métropolitain», a-t-il demandé. 

BARRAGES ROUTIERS 

Questionné au sujet des barrages routiers contrôlant les déplacements entre les régions, le Dr Horacio Arruda a laissé sous-entendre qu’ils pourraient disparaître dans un avenir rapproché. «Quand on commence à, si vous me permettez, à ouvrir le rhéostat, ces genres de mesures coercitives là, on essaie de les diminuer», a-t-il dit. 

M. Arruda a cependant ajouté : «Mais, comme n'importe quoi, aux moindres évaluations de problèmes qui pourraient se passer entre ce que j'ai appelé des transbordements interrégionaux importants, on pourrait faire, comme dans d'autres choses... les remettre à la place.»

Rappelons que la semaine dernière, la TREMBSL a demandé à la Direction régionale de la santé publique de maintenir les mesures de contrôle qui limitent l’accès au Bas-Saint-Laurent pour encore quelque temps. 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

7 réactionsCommentaire(s)
  • Il est inhumain de séparer les familles alors qu'on demande a la population de se mettre a risque en retournant au travail. Cela place l'économie avant les droits de la personne. Il n' y a pas plus de risque de contamination lorsque quelques personnes se rencontre a l'extérieur et conserve le 2m de distance que d'aller faire l'epicerie ou travailler.

    Cathy - 2020-05-01 12:08
  • Je croyais que l'on avait le droit de se rassembler max 5 dehors, vous aviez dit cela voila un certain temps

    Lucie Binette - 2020-04-30 18:47
  • Pour quoi pas les familles avant l école je trouve votre idée stupide vous envoyer les enfants à l école comment ils font pour l autobus sa vas coûter combien à la société moi je suis pas pour l école mais pour aller voir mes enfants

    Sophie Roberge - 2020-04-29 23:54
  • Une moto seule peut t’il être permi pour mes déplacements et aller la chercher au
    Garage

    Jean chauvette - 2020-04-29 16:20
  • Pour moi il y a toujours eu confusion dans les propos du Dr Arruda à savoir c'est quoi un rassemblent et c'est quoi rester à la maison? A trop expliquer on crée parfois de la confusion.
    Je pense qu'une réunion de personnes qui respectent la règle du 2 mètres de distanciation ne constitue pas un rassemblement. Je crois qu'une personne de tout âge qui prends une marche en solitaire pour s'oxigéner ne va pas à l'encontre de l'obligation de rester à la maison.

    Je pense qu'il devrait y avoir qu'une règle sacramentelle: RESPECTER EN TOUT TEMPS ET TOUT LIEU LA DISTANCIATION SOCIALE DE 2 MÈTRES. On ne se poserait pas la question c'est quoi un rassemblement et c'est quoi l'obligation de rester à la maison alors que le premier ministre nous invite à prendre une marche. Pourquoi ne pas s'en tenir à la règle du 2 mètres sauf pour ceux qui résident à la même adresse?

    Laval Desbiens - 2020-04-29 10:29
  • Comme Jocelyne, je suis d'avis à garder notre région fermée jusqu'à juin et à ce moment réévaluer.

    René Lapointe - 2020-04-28 12:16
  • Je suis pour le maintien des mesures de contrôle qui limitent les accès au Bas St-Laurent . Rester la limite a l'accès a LaPocatière. Et du Nouveau Brunswick et le Québec. Mais peut-etre ouvrir avec la Gaspésie. Et être à réévaluer au début juin.

    Jocelyne Charron - 2020-04-28 10:34