Publicité

23 avril 2020 - 13:16 | Mis à jour : 14:10

Trente cas de COVID-19 guéris au Bas-Saint-Laurent

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Le Québec compte maintenant un total de 21 838 cas confirmés, une augmentation de 873 comparativement à la veille. Présentement, 1 411 personnes sont hospitalisées en lien avec la COVID-19, dont 207 se trouvent aux soins intensifs. Le bilan du Bas-Saint-Laurent se chiffre toujours à 34 cas pour une 13e journée, dont maintenant 30 sont considérés comme guéris.

Trois cas de COVID-19 sont toujours actifs au Bas-Saint-Laurent, puisqu’une personne en ayant été atteinte perdu la vie. Entre 50 et 100 tests de dépistage sont effectués chaque jour sur le territoire du CISSS du Bas-Saint-Laurent. Aucun cas de COVID-19 n’a été répertorié dans les milieux de vie et les résidences de personnes âgées dans la région.

Le premier ministre du Québec François Legault a précisé que 109 nouveaux décès en lien avec la COVID-19 ont été recensés depuis la veille, pour un total de 1 243.

La semaine prochaine, le gouvernement du Québec présentera un plan de réouverture graduel pour les écoles et les entreprises. «Pour les parents qui continuent malgré tout d'avoir des inquiétudes, ça ne sera pas obligatoire d'ici le mois de septembre, donc, pour le printemps, d'envoyer vos enfants à l'école», a ajouté M. Legault.

Ce dernier ne s’attend toutefois pas à tout rouvrir la semaine prochaine, mais plutôt à faire une relance graduelle dont les détails seront dévoilés bientôt. Il a rappelé que 97 % des décès liés à la COVID-19 touchent des personnes de 60 ans et plus. «On ne rouvrira rien avant d’avoir le ‘’ok’’ du Dr Horacio Arruda et de son équipe de la santé publique», a-t-il complété. Avec ces réouvertures graduelles, le gouvernement veut prioriser le développement d’une immunité naturelle qui empêcherait une vague de nouveaux cas à l’automne, en même temps que le virus de la grippe et la perte de contrôle dans le réseau de la santé.

«Si tout le monde reste à la maison, la situation reste la même. On se retrouve dans une situation où on doit attendre le vaccin, qui va arriver peut-être dans un an ou deux ans. On ne peut pas demander aux gens de rester chez eux pendant deux ans», a illustré M. Legault. 

Pour le moment, le taux d’immunité se chiffre au maximum à 10 % au Québec, a précisé le directeur national de la santé publique, Dr Horacio Arruda. Si tout le monde reste confiné à la maison pendant des mois, personne ne s’ajoutera parmi la proportion immunisée de la population.

Le gouvernement entend donc profiter des prochains mois, jusqu’à l’automne pour procéder à un «déconfinement» graduel. Le calendrier sera réajusté au fur et à mesure par les équipes de la santé publique selon l’évolution des hospitalisations et le nombre de personnes infectées dans chacune des régions du Québec.

Publicité


Publicité

Commentez cet article