Publicité

16 avril 2020 - 14:46 | Mis à jour : 16:26

Du renfort pour les CHSLD du Québec

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Le gouvernement du Québec envisage plusieurs moyens afin de bénéficier de plus de main-d’œuvre dans les CHSLD aux prises avec des éclosions de COVID-19 pour soutenir les équipes en place. Plus de 2 000 médecins ont répondu à l’appel du gouvernement lancé hier, des employés des Forces armées canadiennes ont été demandés et 3 000 personnes possédant des formations en santé ont été ajoutées dans le réseau avec l’initiative Je contribue COVID-19.

Tant le premier ministre du Québec François Legault que la ministre de la Santé Danielle McCann se sont dits satisfaits de la réponse de 2 000 médecins qui ont levé la main pour aller en renfort dans les CHSLD de la province. «Ça ne va pas être facile, il va falloir bien s'entendre sur la définition des tâches de chacun. Ça ne va pas être parfait, on le sait déjà, d'arriver tout à coup puis d'ajouter 2 000 personnes dans les CHSLD, mais on va s'ajuster au fur et à mesure (…) J’ai besoin de ces 2 000 paires de bras de médecins qui savent comment mettre un équipement de protection puis qui vont venir nous aider à reprendre le contrôle dans les CHSLD», explique le premier ministre François Legault. 

L’aide de 60 à 100 employés des Forces armées canadiennes spécialisés en santé a été demandée par Québec au gouvernement fédéral pour soutenir les équipes en place dans les CHSLD.

Mme McCann a confirmé qu’environ 7 000 travailleurs de la santé sont présentement absents pour diverses raisons liées à la COVID-19. Sur un total de 40 000 demandes traitées par l’entremise de la plateforme «Je contribue COVID-19», 3 000 nouvelles personnes ont été embauchées dans le réseau de la santé pour aider pendant la crise. Le réseau de la santé envisage aussi de faire appel aux étudiants en médecine et en soins infirmiers qui termineront leur session prochainement.

«Je pense que la priorité actuellement, ce n'est pas de trouver des coupables, c'est de s'occuper des ainés qui sont les plus vulnérables dans les CHSLD. Il faudra ensuite faire un bilan puis effectivement se questionner. Je l'ai dit, on le sait depuis plusieurs années qu'il manque de personnel dans les CHSLD, on le sait qu'il y a beaucoup de postes qui sont affichés mais pas comblés parce que ce n'est pas attractif financièrement. Donc, il faut revoir à la hausse les salaires des préposés aux bénéficiaires dans les CHSLD. Les bilans puis les réformes, on fera ça après que la crise sera réglée. Pour l'instant, il faut régler la crise puis s'occuper de notre monde dans les CHSLD», a conclu François Legault.

BAS-SAINT-LAURENT

À noter qu’aucun cas de COVID-19 n’a été répertorié pour le moment dans les CHSLD de la région du Bas-Saint-Laurent. Depuis le début de la crise, grâce à l’initiative «Je contribue COVID-19», 285 personnes ont été embauchées par le CISSS du Bas-Saint-Laurent. Une vingtaine de postes d’infirmières et d’infirmières auxiliaires, de même que 80 postes de préposés aux bénéficiaires sont toujours à combler pour répondre aux besoins dans les 13 CHSLD sous la responsabilité du CISSS du Bas-Saint-Laurent.

OUVERTURES GRADUELLES

Malgré la situation qualifiée par le gouvernement du Québec de «critique dans certains CHSLD», la situation qui est sous contrôle dans les hôpitaux permet de préparer un plan de «déconfinement» et de réouverture. «On commence avec les entreprises, on veut le faire d'une façon très graduelle, d'une façon intelligente avec toutes les règles que le Dr Horacio Arruda nous donne. Donc, on travaille sur ce plan-là. On va pouvoir vous en parler dans les prochains jours, mais on commence vraiment par les entreprises. Donc, pour l'instant, il n'est pas question à court terme de rouvrir les écoles», a précisé M. Legault

Publicité


Publicité

Commentez cet article