Publicité

16 avril 2020 - 06:30

La FPHQ dénonce les inégalités pour le personnel de santé en première ligne

La Fédération des employés du préhospitalier du Québec (FPHQ) exige un traitement égal de la part du gouvernement du Québec. Alors que le premier ministre François Legault affirme mettre en place des mesures pour supporter le personnel de première ligne du réseau de la santé, les employés du préhospitaliers sont encore une fois injustement écartés par le ministère de la Santé et des Services sociaux, estime la FPHQ.

Le personnel du réseau de la santé a droit à des frais de garde et à des frais de repas en cas d'heures supplémentaires. On leur assure également leur plein salaire en cas d'une attente de résultat d'un test de COVID-19 ou d'une quarantaine préventive. Le maintien du salaire vaut aussi pour les employés immunosupprimés ou ayant des maladies chroniques.

Daniel Chouinard, président de la Fédération s'explique mal ces deux poids deux mesures auquel font constamment face les travailleurs du secteur préhospitalier. «Les paramédics sont sur la première ligne et transportent chaque jour des patients qui sont infectés ou soupçonnés d'être infectés par la COVID-19, mais ils sont toujours exclus des mesures annoncées en santé», explique-t-il. La FPHQ demande des explications au ministère de la Santé et des Services sociaux.

«On nous a envoyé un courriel expliquant que le ministère est sensible à nos besoins et préoccupations en cette période de pandémie, mais à chaque fois qu'on annonce une mesure pour les travailleurs de la santé, le préhospitalier doit se battre simplement pour avoir droit à un traitement égal», rappelle M. Chouinard.

Sans arrêt, on parle d'anges gardiens en soulignant le travail important de ceux qui sont en première ligne. Pour la FPHQ, il est grand temps que le ministère de la Santé mette fin aux incohérences et comprenne que le préhospitalier est un élément clé de la lutte contre la COVID-19.

Publicité


Publicité

Commentez cet article