Publicité

9 avril 2020 - 11:36 | Mis à jour : 12:46

COVID-19: une crise qui pourrait s'étirer jusqu'en décembre

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin
Toutes les réactions 1

En point de presse le jeudi 9 avril, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, est revenu sur les scénarios présentés plus tôt dans la journée par l’Agence de la santé publique du Canada qui a évoqué de 11 000 à 22 000 décès au pays. Le Canada pourrait faire face à 1 879 000 cas d’ici la fin de la pandémie.

De son côté, le premier ministre a évoqué de 4 000 à 44 000 morts en citant la Dre Theresa Tam et un scénario de 10 %. Ce nombre de décès est estimé en fonction du pourcentage de personnes infectées. Rappelons qu'il s'agit avant tout de projections.

La Dre Tam confirmé qu'il faudrait du temps pour que la crise se résorbe. «Des mesures sanitaires seront toujours appliquées dans un avenir rapproché. Il faut voir cela comme la nouvelle normalité parce que la population n'est immunisé contre ce nouveau virus», a-t-elle expliqué en anglais.

Les autorités doivent donc s'assurer que toute vague ultérieure possible demeure en dessous de la capacité du système de santé. «Ces vagues vont continué à se poursuivre pendant un certain nombre de mois jusqu'à la découverte d'un vaccin ou que la majorité de la population doit immunisée», a-t-elle poursuivi.

Toutefois, comme plusieurs parmi la communauté scientifique, elle redoute une mutation du nouveau coronavirus. «Une personne immunisée aujourd'hui ne le sera peut-être plus dans deux mois», a illustré la Dre Tam.

TRUDEAU

D'un ton grave, Justin Trudeau a rappelé que si nos systèmes de santé tiennent le coup, nous somme «à la croisée des chemins.»

Le premier ministre, devant sa maison de Rideau Cottage, a prévenu ses concitoyens que le retour à la «normale» pourrait s'étirer sur une année, voire plus. «La normalité comme avant ne reviendra pas tant qu’il n’y aura pas de vaccin», a-t-il prévenu.

Plus tôt dans son allocution, Justin Trudeau a souligné que le pays pourrait atteindre le sommet de la courbe seulement à la fin du printemps et que la fin de la première vague, elle, pourrait se terminer pendant l'été.

«Comme la Dre Tam l’a expliqué, on va probablement connaitre d’autres vagues d’infection moins importantes pendant un certain nombre de mois. C’est, et ce sera, notre nouvelle réalité jusqu’à ce qu’on trouve un vaccin», a confirmé le premier ministre. Il a donc appelé les Canadiens à faire preuve de discipline au cours des prochains mois.

Questionné à savoir si les différents programmes d'aide pourraient être reconduits jusqu'en décembre, Justin Trudeau a esquivé la question tout en prévenant la population que la durée de la crise liée à la pandémie de la COVID-19 dépend principalement du respect des consignes. Le but, a-t-il mentionné, est de rester dans les projections les plus minimes. Il a rappelé que les vagues secondaires seront plus faciles à gérer.

«Il faut passer la première vague le plus rapidement possible. (...) une fois traversés, nous pourrons ouvrir un peu les mesures et assurer une reprise économique.»

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Nous sommes tres reconnaissant de toute see que vous faire pour votre monde au canada.merci , de la part de ma fille ,qui a Perdue son travaille ,Elle fallait fermer ses portes ,Mais grace a votre programme pour Les aider ,Elle est tres connaissante et Bravo premier minister Trudeau Bravo

    Rachelle Daley - 2020-04-09 18:17