Publicité

4 avril 2020 - 13:23 | Mis à jour : 14:07

Hausse de 896 cas de COVID-19 et transmission communautaire au Québec

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

Le bilan des cas de COVID-19 dans la province a bondi de 896 en ce 4 avril, a annoncé la vice-première ministre, Geneviève Guilbault lors du point de presse quotidien du gouvernement du Québec. Le total de personnes atteintes se chiffre maintenant à 6 997 au Québec. Le nombre de cas au Bas-Saint-Laurent est maintenant de 27, une hausse de 3 par rapport à la veille.

On déplore également 14 nouveaux décès liés à la COVID-19, pour un total de 75. Le nombre de personnes hospitalisées atteint 478, en hausse de 49, dont 103 se trouvent présentement aux soins intensifs.

TRANSMISSION COMMUNAUTAIRE

Les autorités de la santé publique considèrent que la transmission communautaire du coronavirus s’applique à l’ensemble du Québec, a confirmé le directeur national de la santé publique du Québec, Dr Horacio Arruda. «Actuellement, il y a encore des gens qui pourraient introduire le virus par le voyage, mais le facteur principal d'acquisition de la maladie est au Québec», a précisé Dr Arruda. Toutes les personnes qui présentent des symptômes s’apparentant à la COVID-19 doivent ainsi considérer qu’elles en sont probablement porteuses.

Lorsque ces patients seront vus à l’hôpital, même s’ils n’ont pas voyagé, ne proviennent pas d’une zone plus infectée ou ne présentent pas de syndrome respiratoire, ils devront porter un masque, tout comme les intervenants de la santé.

RESPECT DES CONSIGNES

La vice-première ministre Geneviève Guilbault a lancé un appel aux Québécois afin que tout le monde respecte les consignes de la santé publique. «Elles ont force de loi. Ce n’est pas le temps d’être égoïste, ce n’est pas le temps de penser à sa petite personne, ce n’est pas le temps de vouloir défier les lois, les directives de santé publique, c'est le temps de les respecter. (…) On ne peut plus accepter à ce stade-ci que des groupes de personnes continuent de miner les efforts collectifs», a-t-elle commenté. Mme Guilbault a demandé aux citoyens de faciliter la tâche des policiers en ne faisant plus de rassemblements, qu’ils soient intérieurs ou extérieurs, et en étant honnête concernant leur état de santé.  

«Il n'y a aucune honte à avoir des symptômes du COVID-19, bien au contraire. Ce qui serait honteux, c'est de vouloir le cacher, de le dissimuler sciemment et d'ainsi mettre en péril la santé et la sécurité, notamment des gens du réseau de la santé, et de nos forces policières, et de tout le monde, d’ailleurs», complète la vice-première ministre. Elle en a appelé du sens des responsabilités et au civisme des Québécois.

Deux nouveaux territoires font maintenant l’objet de contrôles routiers, soit Charlevoix et Rouyn-Noranda. Mme Guilbault a réitéré l’interdiction des déplacements non essentiels entre les régions et entre les villes afin d’éviter la propagation du virus pour protéger les communautés plus vulnérables.

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Nous savons que la Ville de Rivière-du-Loup a procédé à la fermeture des parcs et lieux publics, il y a déjà quelques semaines dont le Parc de la Pointe. Et à cet effet, la circulation automobile n'est plus permise dans sur la rue Mackey sauf pour les résidents, ce qui est normal. L'accès à ce secteur pour les automobilistes peut s'expliquer car on veut empêcher les gens de se stationner à cet endroit et marcher et ainsi se retrouver avec des dizaines de personnes à cet endroit.

    Samedi après-midi 14h30. Je fais un tour d'auto simplement pour une petite distraction. Je passe par le secteur de la Pointe en auto en prenant la rue de l'Ancrage et en me dirigeant jusqu'au quai pour ensuite faire demi-tour. Et surprise....

    Des voitures de stationner dans le stationnement près de la rivière en face du camping de la rue de l'Ancrage et des passants dans le sentier longeant la rivière. Ensuite, en arrivant dans le secteur du traversier, quelques dizaines de voitures de stationner et des gens qui marchent par dizaines, plusieurs proviennent de la rue Mackay et d'autres s'y engagent.

    D'ailleurs, les stationnements sur la rue de l'Ancrage et sur la rue Hayward ne devraient-ils pas être fermés?

    Il semble donc que les directives quant à l'accès à ce parc (et possiblement à d'autres comme le secteur de la Chute) ne sont pas respectés. Les citoyens qui respectent les consignes ne peuvent même pas faire la petite balade en auto du secteur de la Pointe alors que des dizaines et dizaines de personnes vont se stationner à proximité et vont marcher sur la rue MacKay.

    S'il est sécuritaire et obligatoire de fermer ce parc alors que l'on s'assure que ce soit respecté autrement alors qu'on laisse les gens faire leur balade en auto. Une vérification et une surveillance devrait être faite.

    Mario Dubé - 2020-04-04 15:06