Publicité

3 avril 2020 - 13:49 | Mis à jour : 15:27

«Des milliers de vies sont en jeu» - François Legault

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Alors que 25 nouveaux décès liés à la COVID-19 ont été confirmés au Québec vendredi, le premier ministre François Legault a de nouveau appelé à la mobilisation des citoyens. Le respect des consignes liées au confinement et à la distanciation sociale sont au coeur de la lutte actuelle, a-t-il rappelé. 

Reste que si la bataille est encore loin d'être gagnée, le gouvernement du Québec montre de l'optimisme devant le bilan des décès. «Quand on regarde jusqu'à présent, parce qu'il faut se comparer surtout avec l'Amérique du Nord, bien, on a beaucoup moins de décès ici qu'aux États-Unis. C'est du simple au double par million d'habitants. Donc, ça veut dire que nos mesures fonctionnent», a-t-il imagé, quelques minutes avant qu'un ajustement sur les décès soit annoncé par la Direction nationale de la santé publique. 

En effet, on déplore maintenant 61 décès au Québec (hausse de 25). Cependant, ils n'ont pas tous eu lieu au cours des 24 dernières heures. La statistique a été revue à la hausse à la suite d'études réalisées ces derniers jours pour confirmer que certaines personnes étaient bel et bien atteintes de la COVID-19 avant leur mort. 

Selon le Dr Horacio Arruda, la majorité des nouveaux décès sont des personnes âgées de 70 ans et plus. Un trentenaire originaire de la région de Montréal est le plus jeune à avoir perdu la vie jusqu'ici. De ce côté, on a précisé qu'il présentait des facteurs de morbidité comme un poids très élevé. 

Dans la province, 6 101 personnes ont maintenant eu la confirmation qu'elles avaient contracté la COVID-19, une augmentation de 583 cas par rapport à la veille. Le Québec compte aussi maintenant 429 cas hospitalisés, dont 122 se trouvent aux soins intensifs.

«Ce qu'on veut, c'est minimiser le nombre de décès et ça marche. Ça fonctionne. Mais, il faut continuer. Il faut continuer de ne pas s'approcher [des gens] à moins de deux mètres. Puis, encore mieux, tous ceux qui peuvent rester chez eux, bien, qu'ils le fassent. C'est ce qu'il y a de plus efficace pour ne pas l'attraper.»

Le premier ministre a rappelé que le Québec a été un des premiers endroits en Amérique du Nord à interdire les rassemblements, à fermer les écoles et à fermer toutes les entreprises et les commerces qui ne sont pas essentiels. En prenant exemple sur d'autres situations ailleurs dans le monde, il a ajouté que les mesures «font mal», mais elles font la différence et elles permettent «de sauver des vies». 

«Notre réussite ou notre échec va dépendre du nombre de décès. Quand on regarde, par exemple, en Europe, on voit, si on regarde par million d'habitants, qu'il y a des pays qui ont eu beaucoup de décès comme l'Italie et l'Espagne. À l'autre opposé, on retrouve des pays qui ont eu beaucoup moins de décès par million d'habitants, en particulier l'Allemagne. Au milieu, il y a la France, le Royaume-Uni, qui se situent entre les deux. Donc, nous, évidemment, on va essayer de se rapprocher des mesures puis des résultats obtenus en Allemagne le plus possible.»

«Quand on voit le nombre de cas qui augmente tous les jours, ça peut donner l’impression que ce qu’on fait ne marche pas, mais tous les efforts qu’on est en train de faire pour vaincre le virus fonctionnent [...] Pour l’instant, on s’en sort bien, mais on doit continuer de réduire le plus possible les contacts entre les personnes, d’où l’importance de toujours garder ses distances et, encore mieux, de rester chez vous. Si tout le monde respecte nos directives, on va sauver des centaines de vies. »

DES SCÉNARIOS SERONT PRÉSENTÉS 

Vendredi après-midi, le gouvernement ontarien a révélé ses projections sur la progression de la pandémie dans la province. François Legault a annoncé que le gouvernement québécois allait faire sensiblement le même exercice au début de la semaine prochaine et que «quelques scénarios» allaient être dévoilés et expliqués. 

«Oui, on va être très transparent. Moi, je veux donner toute l'information qu'on a. Mais en même temps, il faut être capable de dire aux gens qu'il n'y a pas un chiffre précis», a mentionné M. Legault. 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article